L'Histoire, pratique sociale scientifique


L'Histoire est une pratique sociale de production de connaissance. La question toujours posée de savoir si l'histoire est une science trouve un début de réponse en reformulant la question. Il s'agit de s'interroger sur la nature de l'Histoire, en tant que pratique sociale de production de savoir. Gérard Noiriel apporte une réponse claire:

Ce qui différencie des activités sociales qui se définissent comme scientifiques par rapport à celles qui relèvent de l'art ou de la littérature, c'est que les premières sont généralement pratiquées par des individus regroupés dans des communautés professionnelles de chercheurs qui partagent le même "langage" (les mêmes compétences), grâce auquel les découvertes faites par l'un d'entre eux peuvent être évaluées par les autres. A l'inverse, le génie de l'artiste (ou de l'écrivain) tient à sa capacité d'inventer un nouveau langage, une nouvelle façon de voir le monde, qui lui appartient en propre. Si l'on accepte cette distinction sommaire, on voit bien où se situe l'enjeu du débat visant à savoir si l'histoire est science ou récit. Défendre le caractère scientifique du travail historique, ce n'est plus affirmer l'existence de lois de l'histoire, mais « défendre une manière de produire, socialement, des connaissances », qui est propre à la science (démarche nécessairement collective fondée sur le refus d'accepter des affirmations qui n'aient pas été démontrées « preuves à l'appui », supposant l'existence d'un langage commun, de normes de communication acceptées par tous, etc.).

Gérard Noiriel, « L'historien et l'objectivité », dans Sciences humaines, septembre/octobre 1997, n°18, (numéro hors série: L'histoire aujourd'hui), p. 20.

Gérard Noiriel est le directeur de l'Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales.

[ Histoire et historiens  |  Toutes les rubriques ]


Ou Suis-Je? Aidez PHDN... Accueil PHDN... Vos réactions
08/01/2000