QER 37

Une réponse à la "Q&A" 37 par Nizkor


37. 

Comment sont-ils morts ?

Les négationnistes de l'IHR répondent :

« Principalement d'épidémies de typhus récurrentes qui ravageaient l'Europe déchirée par la guerre pendant cette période. Également de faim et de manque de soins vers la fin de la guerre quand pratiquement toutes les routes et toutes les voies ferrées avaient été bombardées par les Alliés. »

Nizkor répond :

Certains sont morts du typhus. Mais, numériquement parlant, l'écrasante majorité des juifs sont morts assassinés par gazages, ou fusillés en masse, moyen de meurtre de masse qui suit de peu le précédente. [N.d.T: Les Juifs acheminés vers les centres de mise à mort industrielle y étaient assassinés dès leur arrivée. Parmi les déportés vers Auschwitz, camp mixe, à la fois centre de mise à mort et camp de concentration, la très grande majorité, près de 90% était assassinée dès son arrivée, dans les chambres à gaz. Pour eux, la possibilité de contracter le typhus n'existait même pas. Par ailleurs, il n'y avait pas de typhus endémique en Europe, mais seulement dans les lieux où les Nazis commettaient des persécutions, notamment par concentration d'un trop grand nombre d'êtres humains, dans des conditions sanitaires volontairement catastrophiques, camps de concentration, ghettos, camps de prisonniers de guerre pour les soviétiques... Même dans ces circonstances, le typhus n'a jamais représenté la principale cause de décès. Voir QER43.]

Au sein des camps de l' "Altreich" (cf. question 1), la mort était due principalement à la faim et à la maladie. Lorsque qu'on donne aux prisonniers trop peu de nourriture et qu'on les force à effectuer les travaux les plus durs, il y a peu de distinction entre les deux. A Auschwitz, qui était à la fois un camp d'extermination et un camp de travail, outre les déportés juifs assassinés par milliers dès leur arrivée sans être enregistrés, les prisonniers étaient "sélectionnés" périodiquement, de manière à envoyer les plus faibles au gazage. Ceux qui mourraient d'épuisement, pouvaient être ainsi moins nombreux, puisqu'on en finissait avec eux dans les chambres à gaz. [N.d.T: on notera d'ailleurs que vers la fin de la guerre, plusieurs camps de concentration, notamment situés dans l'Ancien Reich, furent dotés de chambres à gaz, afin justement d'éliminer les détenus devenus « inutiles » ou qui avaient été condamnés à mort. En fait, pour les prisonniers concentrationnaires, le typhus est une cause de mortalité mineure par rapport à celles que nous venons d'évoquer. Voir QER43.]

Lorsque les alliés ont atteint les camps de concentration nazis en Allemagne, ils ont découvert un personnel SS bien nourri et bien vêtu; le plus souvent la population locale ne vivait pas dans des conditions spécialement pénibles, relativement parlant. (D'un autre coté, les populations allemandes urbaines ont beaucoup souffert.) Cela se constate clairement sur les films tournés à la libération des camps, sur lesquels on peut voir gens des villes et villages environnant que les soldats américains ont amenés aux camps de façon à ce qu'ils soient témoins de ce qui était arrivé en leur sein. Aucun d'eux ne montre de signe de la faim.

Il existe également une photographie bien connue de femmes SS particulièrement bien en chair, capturées à Bergen-Belsen. Des dizaines de milliers de prisonniers ont été affamés à Belsen. Si vous avez vu des documents avec des cadavres terriblement émaciés que des bulldozers poussaient dans des fosses communes, il s'agit probablement de Belsen. Le contraste avec ces femmes SS bien nourries est tout à fait saisissant. D'autre part, pratiquement aucun prisonnier allié n'est mort de faim; il y avait des gens que le nazis voulaient garder en vie, et il y en avait certains qu'ils préféraient voir mourir. Un très grand nombre de prisonniers de guerre russes sont morts -- plus de trois millions -- pour de telles raisons.


Crédits[ qer36 | Index | qer38 ]Présentation

[ Négationnisme et réfutations  |  Toutes les rubriques ]


Ou Suis-Je? Aidez PHDN... Accueil PHDN... Copyright © Gilles Karmasyn 1997-2002
Vos réactions
20/07/97 mis à jour le 23/05/2002