Les falsifications de Rassinier

Quand Rassinier « calcule » les réparations versées par l'Allemagne à Israël


En 1964, Rassinier fait paraître un opuscule de plus, Le Drame des Juifs européens. Pour le négationniste Rassinier, ce drame résiderait non dans le fait que les Juifs ont été exterminés mais dans le fait qu'ils l'auraient prétendu. Pour justifier ce délire, Rassinier invente un mensonge qui fera florès, et qu'il martèle littéralement dès les premières pages : les Juifs feraient ça pour l'argent. Pour étayer ce délire antisémite, il ment sur le mode de calcul des réparations versées par l'Allemagne à Isräel. A quatre reprises en cinq pages, il répète la même imposture:

« Il ne faut, en effet, pas oublier que c'est pour se procurer les fonds nécessaires à l'édification de l'État d'Israël (Indemnisations allemandes proportionnées au nombre des victimes) que ce mensonge a été commis. » (p. 13)

« la facture qui correspond à ce chiffre (6 millions de fois 5.000 marks) » (p. 14)

« il ne s'agit que de justifier par un nombre proportionnel de cadavres, les subventions énormes que, depuis la fin de la guerre, l'Allemagne verse annuellement à l'état d'Israël au titre de réparations » (p. 17)

« l'Allemagne verse à Israël des sommes calculées sur environ 6.000.000 de morts » (p. 17)

(Paul Rassinier, Le Drame des Juifs européens, les Septs Couleurs, 1964)

 
Ce bobard obsessionnel est réduit en bouillie dès que l'on cherche à savoir comment furent vraiment calculées les réparations versées par l'Allemagne à Israël. Deborah Lipstadt a cherché (contrairement à Rassinier) et trouvé:

« Les officiels israéliens ont fait le détail de leurs revendications contre l'Allemagne dans un communiqué de mars 1951 aux quatre grandes puissances, et ce document est devenu le fondement officiel de l'accord de réparation. Il contenait une explication de la méthode de calcul employée par Israël pour évaluer le montant des réparations demandées. Dans le communiqué, des officiels israéliens expliquaient que les persécutions nazies avaient entraîné "un deuxième exode juif" de près de cinq cent milles personnes. Se basant sur la taille de cet exode, Israël a évalué le montant des réparations qu'il demanderait:

" Le gouvernement d'Israël n'est pas en position d'obtenir et de présenter un état complet de toutes les propriétés juives prises et pillées par les allemands, et évaluée à plus de 6 milliards de dollars. Il ne peut baser ses demandes que sur les dépenses déjà effectuées et restant à engager sur les processus d'intégration des immigrants juifs venus des pays dominés par les nazis. Le nombre de ces immigrants est estimé à environ 500 000, ce qui représente des dépenses totales de 1,5 milliards de dollars. "

Il semble ici à peine nécessaire de souligner que puisque l'argent qu'Israël a perçu est basé sur le coût d'installation de survivants, si Israël avait voulu augmenter le montant des réparations obtenues de l'Allemagne, il aurait été dans son intérêt de prétendre que moins de six millions de juifs avaient été exterminés et qu'un plus grand nombre avait réussi à fuir vers Israël. »

(Traduit de: Deborah Lipstadt, Denying The Holocaust, New York, Macmillan, 1993, p. 57)

 
A l'inverse de ce qu'a martelé Rassinier, les indemnités versées par l'Allemagne à Israël furent bien calculées sur le nombre de survivants, et non sur le nombre de morts. Rassinier n'était qu'un vulgaire falsificateur. Il a menti sur le mode de calcul des réparations. Bien évidemment le but était double: prétendre qu'on avait gonflé le nombre de victimes pour toucher plus d'argent, tout en renouvelant le cliché antisémite des Juifs "rapaces avides de pognon"...

Outre qu'il s'agit d'un bobard à connotations antisémites on ne pourra que rester ébahi devant le caractère profondément débile de l'argumentaire rassiniesque d'une escroquerie préméditée par Israël. A la fin 1941, quand les premières nouvelles des massacres parvinrent aux Alliés, l'état d'Israël n'existait pas encore et personne n'aurait été en mesure de prédire qu'il existerait en 1947 ou s'il aurait besoin de fonds étrangers. A moins que, dans leur paranoïa, Rassinier et les négationnistes qui reprennent son mensonge ne voient dans « les Juifs » des Nostradamus tout puissants... On n'en serait pas à ça près avec les sectaires négationnistes.

Rappelons également que le principe de réparations allemandes fut loin d'être accepté unanimement en Israël (sur ce sujet, voir Tom Segev, Le septième million, Éditions Liana Levi, 1993)...

 
Et ça continue...

Depuis Rassinier, les négationnistes ont régulièrement repris ce mensonge. Richard Harwood, négationniste britannique, néo-fasciste et antisémite notoire, l'a repris dans son opuscule, Did six millions realy die? publié au milieu des années 1970. On pouvait encore lire le même mensonge sur les forums de discussion, en 1997, où un intervenant écrivait texto: « Mais pourquoi l'Allemagne paie des sommes annuelles calculées sur 6 millions de mort à l'etat d'Israel? » (Robert.Etienne@wanadoo.fr <R. Etienne> , Re: FSP s'abaisse encore un peu plus.., fr.soc.politique, 8 juillet 1997, Message-ID: <33ceb15f.8238968@news.wanadoo.fr>). Il s'agissait évidemment d'une paraphrase du mensonge de Rassinier, ce que l'auteur s'était gardé de signaler... Depuis, il s'est illustré dans la défense des négationnistes. Et en mars 1999, il recopiait les mensonges de la propagande nazie de Goebbels. Les émules de Rassinier ne choisissent pas leurs sources au hasard...
 

[ Rassinier  |  Négationnisme et réfutations  |  Toutes les rubriques ]


Ou Suis-Je? Aidez PHDN... Accueil PHDN... Copyright © Gilles Karmasyn 1999
Vos réactions
25/11/99 -- mis à jour le 15/01/2000