QER 45

Une réponse à la "Q&A" 45 par Nizkor


45. 

Un crématoire peut-il être utilisé 100% du temps ?

Les négationnistes de l'IHR répondent :

« Non. 50% du temps est une estimation généreuse (12 heures par jour). Les fours des crématoires doivent être nettoyés à fond régulièrement lors d'une utilisation intensive. »

Nizkor répond :

Cette réponse est une réponse complète qui couvre également les Q&R 42, 43 et 44.

Commençons par examiner les photos des fourneaux du Krema II, histoire de se faire une idée de l'échelle. Ils étaient très grands. Gardons à l'esprit que le Zündelsite caractérise ces constructions massives de crémations de "batteries de poulets".

Il y avait cinq Kremas à Auschwitz. Les Kremas II et III comprenaient chacun 5 énormes fourneaux, chacun d'eux dotés de "triple-moufles" qui pouvaient consumer trois corps simultanément. Ils étaient conçus pour brûler efficacement et rapidement, surtout lorsqu'il s'agissait de brûler les corps les uns à la suite des autres. (Cf. Gutman et al., Anatomy of the Auschwitz Death Camp, 1994, pp. 185-186).

Bien que les fourneaux aient été conçus avec trois moufles, de deux à trois corps pouvaient être placés simultanément dans chacune d'elles. Il faut se souvenir que de nombreux enfants étaient "concernés" et que les victimes étaient souvent des prisonniers qui avaient passé quelques mois à Auschwitz et qui étaient mal-nourris à l'extrême. Les nazis considéraient que 70 à 100 kg de restes d'animaux constituaient une "unité" pouvant être incinérée dans une moufle; Qu'il s'agisse là d'une seule personne volumineuse ou de trois petites est sans objet, techniquement parlant. Höss a témoigné que les Sonderkommandos mettaient alternativement trois puis deux corps dans chaque moufle. (Cf. Gutman et al., op. cit., pp. 236, 166, 180n55.)

[N.d.T. : Outre les nombreux témoignages corroborant l'incinération simultanée de plusieurs cadavres, nous disposons d'au moins un document contemporain émanant d'un ingénieur de la firme Topf und Söhne, qui fournissait ses fours crématoires à Auschwitz, qui confirme ces témoignages. Cette lettre adressée par l'ingénieur Fritz Sander aux frères Topf le 14 septembre 1942 préconise explicitement pour Auschwitz où se pose le problème « de se débarasser d'un nombre énorme de cadavres en un court laps de temps […] un bourrage de chaque mouffle avec plusieurs cadavres (eine große Anzahl von Leichen in wünschenswert kurzer Zeit zu beseitigen […] Vollstopfen der einzelnen Muffel mit mehreren Leichen) »]

Contrairement à ce que l'IHR prétend à la question 42, les fourneaux pouvaient consumer les corps dans un laps de temps allant d'une demie heure à 45 minutes au maximum. Cela n'est pas seulement corroboré par les témoignages oculaires, mais aussi par de nombreux rapports nazis concernant divers travaux d'incinération.

Voici le calcul pour un seul Krematorium, le numéro II :

Cinq fours, chacun avec trois moufles, chacune capable d'accueillir simultanément de deux à trois corps (disons deux) et de les brûler en une demi-heure, pouvaient réduire 1440 corps en cendre en 24 heures de fonctionnement. 5 fois 3 fois 2 divisé par un demi, fois 24, font 1440.

Un rapport capturé datant du 28 juin 1943, envoyé au Général Kammler à Berlin, cite le nombre de corps dont on pouvait se débarrasser en une journée, à Auschwitz-Birkenau, à savoir 4 756. Il est apparemment basé sur une période de fonctionnement de 24 heures par jour, en utilisant les chiffres cités plus haut, puisqu'il cite la capacité du Krema II comme étant de 1440. Voir la reproduction du document ou Pressac, Auschwitz : Technique and Operation of the Gas Chambers, 1989, p. 247. Il y a un débat entre historiens [véritables] et experts techniques pour savoir si cela représente un maximum théorique qui n'aurait jamais été atteint en réalité, sauf avec le recours à des crémations additionnelles effectuées dans des fosses d'incinération, ou s'il s'agit d'un chiffre qui fut atteint et éventuellement dépassé lors de la pire action d'extermination. De toute façon, il est clair que la déclaration de Lagace faisant état de 184 corps par jour (Lenski, Robert, The Holocaust on Trial, 1990, p. 252) n'est même pas à un ordre de grandeur près de la réalité.


Crédits[ qer44 | Index | qer46 ]Présentation

[ Négationnisme et réfutations  |  Toutes les rubriques ]


Ou Suis-Je? Aidez PHDN... Accueil PHDN... Copyright © Gilles Karmasyn 1997
Vos réactions
20/07/97