1. Lettre de Adolf Hitler à Adolf Gemlich, 16 septembre 1919, dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, édité par Eberhard Jäckel et Axel Kuhn, Stuttgart 1980, Doc 61, p. 88 et suiv., cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, Objectif extermination, Frison Roche Edition, 1994, p. 13. Original: «Der Antisemitismus aus rein gefühlsmäßigen Gründen wird seinen letzten Ausdruck finden in der Form von Progromen [sic]. Der Antisemitismus der Vernunft jedoch muß führen zur planmäßigen gesetzlichen Bekämpfung und Beseitigung der Vorrechte des Juden, die er nur zum Unterschied der anderen zwischen uns lebenden Fremden besitzt (Fremdengesetzgebung). Sein letztes Ziel aber muß unverrückbar die Entfernung der Juden überhaupt sein». Dans la dernière phrase, nous avons traduit «Entfernung» par «élimination». Il ne s’agit pas nécessairement d’une élimination qui signifie le meurtre. De façon rigoureuse, «Entfernung» désigne le fait de «se débarrasser de». On rend ce sens en français par «suppression» ou «éloignement» qui restituent très mal le caractère potentiellement meurtrier du mot, mais aussi «élimination», plus approprié. Si, dans ce texte de 1919, on ne peut avoir l’assurance que l’«Entfernung» des Juifs signifie pour Hitler leur élimination physique, on a au moins un exemple précoce où Hitler utilise le verbe «entfernen» dans le même sens que «vernichten», à savoir «annihiler», «anéantir». Dans une lettre à un sympathisant datée du 3 juillet 1920, Hitler écrit: «Je ne peux reprocher au bacille de la tuberculose d’agir d’une façon qui signifie la destruction d’êtres humains mais la vie pour le bacille lui-même; je n’en suis pas moins obligé et justifié de conduire une bataille contre la tuberculose en annihilant (vernichten) sa cause, parce que mon existence en dépend. Depuis des milliers d’années, le Juif est devenu une tuberculose raciale qui affecte de nombreux peuples. Le combattre signifie l’éliminer (entfernen).» (lettre d’Hitler à Konstantin Hierl, Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, édités par Eberhard Jäckel et Axel Kuhn, Stuttgart 1980, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, Tempus, 2001, p. 22).

Le journaliste allemand Sebastian Haffner, auteur d’une étude toujours appréciée sur Hitler (Un certain Adolf Hitler, Paris: Grasset, 1979, réédité en 2014 sous le titre Considérations sur Hitler, Paris: Perrin, titre plus conforme à l’original, Anmerkungen zu Hitler, München: Kindler, cop. 1978) a relevé très explicitement cette polysémie pour souligner quel sens il fallait, selon lui, donner à entfernen. Sebastian Haffner écrit que pour Hitler:«[die Juden] mussen weg, ganz weg, aus der Welt, nicht etwa nur aus Deutschland; sie mussen „entfernt” werden, aber nicht wie ein Möbelstuck, das man entfernt, indem man es anderswohin schafft, sondern wie ein Fleck, den man entfernt, indem man ihn auslöscht.», ce que la version française rend par: «[les Juifs] doivent s’en aller – tout à fait: quitter ce monde, pas seulement l’Allemagne. Il faut les “éloigner”, non pas comme on éloigne un meuble en le reléguant ailleurs, mais plutôt comme une tache que l’on efface». Cela confirme évidemment le sens que nous proposons de éliminer, faire disparaître.

Himmler a également utilisé le verbe «entfernen» à l’occasion d’une comparaison entre les Juifs et les poux, d’une façon qui ne laisse planer aucun doute sur ce que l’«Entfernung» des Juifs pouvait signifier. Le 24 avril 1943, Himmler s’exprimait devant des SS et leur tenait le discours suivant: «Il en va de l’antisémitisme comme de l’épouillage. Éliminer les poux ne relève pas d’une conception du monde (Es ist keine Weltanschauungsfrage, daß man die Laüse entfernt). C’est une question de propreté. De la même manière exactement, l’antisémitisme n’a pas été pour nous une question de conception du monde, mais une question de propreté qui sera bientôt réglée. Nous n’aurons bientôt plus de poux.» (Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 200-201). La métaphore des poux donne son sens à «entfernen»: on n’«éloigne» pas les poux, on les élimine. Physiquement. Enfin, il faut rappeler que dans un discours du 26 mai 1944 (voir plus bas citation complète à cette date et note 40), Hitler déclare avoir «entfernte» les Juifs, dans un contexte qui ne laisse planer aucune ambiguïté sur le fait, qu’à cette occasion, cette «élimination» signifie l’assassinat collectif. On ne prétendra pas que l’utilisation hitlérienne de 1919 signifie nécessairement une élimination physique, mais elle porte en elle cette possibilité. On remarquera en complément que le troisième chapitre de l’ouvrage d’Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung (Deutsches Verlag-Anstalt, 1991, 1re édition, Tübingen:Rainer Wunderlich Verlag H. Leins, 1969), est intitulé «Die Entfernung der Juden», traduit dans l’édition française (Hitler Idéologue, Gallimard, Tel, 1995) par «L’élimination des Juifs». Notons que le document est connu depuis longtemps puisqu’il est déjà cité in extenso en 1959 par Ernst Deuerlein, «Hitlers Eintritt in die Politik und die Reichswehr», Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, avril 1959, vol. 7, no. 2, notamment p. 205, qui mentionne la même source que Eberhard Jäckel et Axel Kuhn (HStA München. Abt. II. Gruppen Kdo. 4. Bd. 50/8. Abschrift). L’intégralité de la lettre est disponible en ligne. Une traduction en anglais est également disponible en ligne.

2. Fac-similé des notes prises par Hitler dans Werner Maser, Hitlers Briefe und Notizen. Sein Weltbild in handschriftlichen Dokumenten, Stocker, 2002, p. 238. Transcription en allemand, ibid., p. 239. Nous reprenons la traduction proposée par Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes. Des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, p. 224. 3. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., doc. 91, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, Tempus, 2001, p. 21. Original: «Wir wollen keine Gefühlsantisemiten sein, die Pogromstimmung erzeugen wollen, sondern es beseelt uns die unerbittliche Entschlossenheit, das Übel an der Wurzel zu packen und mit Stumpf und Stiel auszurotten. Um unser Ziel zu erreichen, muß uns jedes Mittel recht sein, selbst wenn wir uns mit dem Teufel verbinden müßten.» (rapport de Police, PND-Bericht masch., StA München, Pol.Dir.Mü. 6698, Blt 77f., vormals HStA, München, Abt. I, sonderabgabe 1 1478, cité dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 119-120). La transcription — il s’agit d’un compte-rendu de la police présente à la réunion — mentionne les applaudissements (Beifall) qui ponctuent cette déclaration. Hitler la faisait précéder de l’énumération de poncifs antisémites comme celui, diffamatoire et mensonger qui faisait des Juifs allemand des «planqués» (de nombreuses études ont montré que non seulement les Juifs étaient engagés significativement, mais qu’ils sont morts dans la même proportion que les non juifs. La première guerre mondiale a donc vu des Juifs français et des Juifs allemands se tirer dessus et se tuer car ils se sentaient avant tout des membres de leur patrie respective). Hitler déclare, après avoir mentionné (voir ci-après) son propre passé militaire, que «dans [mon] régiment on pouvait compter les Juifs sur les doigts d’une main» («die Juden bei seinem Regiment kann er an den 5 Fingern aufzählen», ibid., p. 119). On peut également remarquer que Hitler ment en se présentant comme «simple homme de troupe qui a passé quatre ans et demi […] en première ligne» («Er war selbst als einfacher Mann 4 1/2 Jahre beim 16. R[eserve] I[nfanterie] R[egiment] an der vordersten Front», ibid., p. 119). En effet, Hitler, estafette avec le grade de caporal, est loin d’avoir passé plus de quatre ans au front, même s’il fut exposé régulièrement au feu (mais pas comme combattant). Il passa la moitié de la guerre au QG de son régiment à Fournes-en-Weppes (loin derrière le front). 4. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc 103, p. 139, cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, Objectif extermination, op. cit., p. 13. Original: «Als der Redner die Frage aufwarf, wie man sich der Juden erwehren solle, gaben Zurufe aus der Versammlung – eine Musterversammlung nannte sie der Vorsitzende – die Antwort: Aufhängen! Totschlagen!» 5. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc 116, p. 156, cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, Objectif extermination, op. cit., p. 14. Il s’agit de la même lettre que celle citée dans la note 1, mais dans une traduction un peu différente. Original en Allemand: «Der Jude ist als Ferment der Dekomposition (nach Mommsen) losgelöst von gut oder böse des einzelnen Ursache des inneren Zusammenbruchs aller Rassen überhaupt, in die er als Parasit eindringt. Seine Tätigkeit ist Zweckbestimmung seiner Rasse. Sowenig ich einer Tuberkelbazille einen Vorwurf machen kann einer Tätigkeit wegen, die für den Menschen Zerstörung bedeutet, für sie aber Leben heißt, so sehr bin ich aber auch gezwungen und berechtigt, um meiner persönlichen Existenz willen den Kampf gegen die Tuberkulose zu führen durch Vernichtung ihrer Erreger. Der Jude aber wird und wurde durch Jahrtausende hindurch in seinem Wirken zur Rassetuberkulose der Völker. Ihn bekämpfen heißt ihn entfernen.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 156). 6. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 35. Original: «Haß, brennenden Haß wollen wir in die Seelen der Millionen unserer Volksgenossen gießen, so lange bis einst eine Flamme von Zorn in Deutschland aufbrennt, die die Verderber unseres Volkes zur Rache zieht.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 393). 7. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., no. 223, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 22. Original: «Darum ist die Lösung der Judenfrage für uns Nationalsozialisten die Kernfrage. Diese Frage kann nicht gelöst werden durch Zartheit, sondern angesichts der fürchterlichen Waffen des Gegners nur durch Brachialgewalt. Eine Kampfart taugt nur dann, wenn sie hart ist. Lord Fisher sagte: wenn du schlägst, so schlage hart! Es taugt nur der Kampf, der den Gegner zum Schreien bringt.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 366). 8. Joseph Hell, «Aufzeichnung», 1922, ZS 640, p. 5, Institut fur Zeitgeschichte, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 38. La traduction française de l’ouvrage de Gerald Fleming a francisé l’orthographe de «Josef Hell» en «Joseph Hell», mais il s’agit bien de «Josef». Original en allemand: «Wenn ich einmal wirklich an der Macht bin, dann wird die Vernichtung der Juden meine erste und wichtigste Aufgabe sein. Sobald ich die Macht dazu habe, werde ich zum Beispiel in München auf dem Marienplatz Galgen neben Galgen aufstellen lassen und zwar so viele, als es der Verkehr zuläßt. Dann werden die Juden gehängt, einer wie der andere, und sie bleiben solange hängen, bis sie stinken. So lange bleiben sie hängen, als es nach den Grundsätzen der Hygiene überhaupt möglich ist. Sobald man sie abgeknüpft hat, kommen die nächsten daran und das geschieht so lange, bis der letzte Jude in München ausgetilgt ist. Genau so wird in den anderen Städten verfahren, bis Deutschland vom letzten Juden gereinigt ist» (cité par Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Limes Verlag, Munich, 1982, p.29-30). 9. Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 22. Le passage complet est le suivant: «Nos jeunes filles se font séduire par les Juifs qui souillent ainsi notre race. Chaque Juif pris avec une fille blonde devrait être… (pendu! [dit la foule])… je ne dirais pas pendu, mais un tribunal devrait pouvoir le condamner à mort.» («Unsere jungen Mädchen werden von den Juden verführt und dadurch das Volk verseucht. Jeden Juden, der mit einem blonden Mädchen erwischt wird, sollte man… (aufhängen!)… ich will nicht sagen aufhängen; aber ein Gericht sollte bestehen, das diese Juden zum Tode verurteilt (Beifall)», cité dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc. 355, p. 565). Cette tirade est évidemment accueillie par des applaudissements (Beifall). 10. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc. no. 462, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 22. Original: «Hier gibt es keine Verständigung, der Jude und seine Helfershelfer im Innern unseres Volkes bleiben ewig unsere Feinde. Wir wissen, wenn sie ans Ruder kommen, dann rollen unsere Köpfe in den Sand; wir wissen aber auch, wenn wir die Macht in den Händen haben werden: Dann gnade euch Gott!» (Peter Longerich, Der ungeschriebene Befehl: Hitler und der Weg zur "Endlösung", Munich: Piper Verlag GmbH, 2001, p. 34). 11. Adolf Hitler, Mon Combat, N.E.L, 1934, p. 649. Original: «[…]der unerbittliche Welt jude kämpft für seine Herrschaft über die Völker. Kein Volk entfernt diese Faust anders von seiner Gurgel als durch das Schwert. Nur die gesammelte konzentrierte Stärke einer kraftvoll sich aufbäumenden nationalen Leidenschaft vermag der internationalen Völkerversklavung zu trotzen. Ein solcher Vorgang ist und bleibt aber ein blutiger» (Hitler, Mein Kampf, München 1944, p. 738 cité par Armin Pfahl-Traughber, Antisemitismus in der deutschen Geschichte, Landeszentrale für politische Bildungsarbeit Berlin, 2002, p. 95). La traduction française de 1934 est datée mais préserve bien la violence du propos. 12. Adolf Hitler, Mon Combat, N.E.L, 1934, p. 677-678. Original: «Hätte man zu Kriegsbeginn und während des Krieges einmal zwölf- oder fünfzehntausend dieser hebräischen Volksverderber so unter Giftgas gehalten, wie Hundertausende unserer allerbesten deutschen Arbeiter aus allen Schichten und Berufen es im Felde erdulden mussten, dann wäre das Millionenopfer der Front nicht vergeblich gewesen. Im Gegentei: Zwölftausend Schurken zur rechten Zeit beseitigt, hätten vielleicht einer Million ordentlicher, für die Zukunft wertvoller Deutschen das Leben gerettet.» (Hitler, Mein Kampf, München 1944, p. 772 cité par Armin Pfahl-Traughber, Antisemitismus in der deutschen Geschichte, Landeszentrale für politische Bildungsarbeit Berlin, 2002, p. 95). 13. «Die Juden werden bei uns vernichtet. Den 9. November 1918 hätten die Juden nicht umsonst gemacht, dieser Tag würder gerächt werden». Mémorandum de Walter (ou Walther) Hewel, fonctionnaire du ministère des affaires étrangères du Reich. Akten zur deutschen auswärtigen Politik, series D, vol. IV, doc. 158, p. 170, cité notamment par Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Limes Verlag, Munich, 1982, p. 27. Fleming commet peut-être une erreur de retranscription en écrivant «Die Juden werden bei uns vernichtet» au lieu de «würden». Ainsi Peter Longerich, et avec lui la majorité des historiens, retranscrit «Die Juden würden bei uns vernichtet» (Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper, 1998, p. 220). Par ailleurs, l’édition anglaise de l’ouvrage de Gerald Fleming (Hitler and the Final Solution, University of California Press, 1994, p. 14) semble comporter une erreur de date (en mentionant le 21 janvier 1940) absente de l’édition française (Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 34) ou de l’édition allemande (Hitler und die Endlösung, op. cit., p. 27). Peter Longerich donne la date du 21 janvier 1939 (The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 43 ou Peter Longerich, Politik der Vernichtung, op. cit., p. 220), ainsi que d’autres sources. 14. Camill Hoffmann, Politisches Tagebuch, 1932-1939, Dieter Sudhoff (ed.), Alekto Verlag, Klagenfurt, 1995, p. 241, cité par David Bankier et Israel Gutman (éd.), Nazi Europe and the Final Solution, New York: Berghahn Books, 2009, p. 310. L’original en allemand («Notwendigkeit der Ausrottung der Juden») est cité par J. W. Brügel, AJR information, vol. XXXVIII no. 7, july 1983, p. 6. Juif, Camill Hoffmann a été assassiné par les nazis à Auschwitz en 1944. 15. «M. V. DE LACROIX, Ministre de France à Prague, à M. Georges BONNET, Ministre des Affaires Etrangères. Prague, le 7 février 1989», document No 45, in Le Livre jaune français. Documents diplomatiques, 1938-1939. Pièces relatives aux événements et aux négociations qui ont précédé l’ouverture des hostilités entre l’Allemagne d’une part, la Pologne, la Grande-Bretagne et la France d’autre part, Ministère des affaires étrangères, Paris, 1939, p. 51-52. Le passsage mérite d’être cité entièrement:«Ce qui l’a, semble-t-il, le plus frappé, c’est l’importance qu’attachent M. Hitler et M. de Ribbentrop à la question juive, ceci sans aucune commune mesure avec l’importance donnée aux autres sujets qui ont été abordés. Le Ministre des Affaires Étrangères du Reich comme le Chancelier auraient tous deux déclaré avec force qu’il n’était pas possible de donner la garantie allemande à un État qui n’élimine pas les Israélites: “N’imitez pas la sentimentalité et la lenteur que nous avons montrées dans le règlement de ce problème, auraient déclaré les deux hommes d’État. Notre bonté a été de la faiblesse et nous la regrettons. Il faut supprimer cette vermine. Les Juifs sont nos ennemis jurés et il n’y aura plus un Juif en Allemagne à la fin de cette année. Ce ne sont ni les Français, ni les Américains, ni les Anglais qui sont responsables des difficultés que présentent nos relations avec Paris, Londres ou Washington. Les responsables, ce sont les Juifs. Nous donnerons des avis semblables en Roumanie, en Hongrie, etc. L’Allemagne cherchera à constituer un bloc d’États antisémites, car elle ne saurait traiter en amis les États où les Juifs soit par leur activité économique, soit par leurs hautes fonctions publiques conserveraient une influence quelconque.”» 16. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, Deutsches Verlag-Anstalt, 1991, p. 72: «Ich will heute wieder ein Prophet sein: Wenn es dem internationalen Finanzjudentum inner- und außerhalb Europas gelingen sollte, die Völker noch einmal in einen Weltkrieg zu stürzen, dann wird das Ergebnis nicht die Bolschewisierung der Erde und damit der Sieg des Judentums sein, sondern die Vernichtung der jüdischen Rasse in Europa». Le compte rendu de la séance fait alors état d’applaudissements prolongés. On peut les entendre sur un enregistrement. Nous choisissons de traduire «Judentum» par «juiverie» et non par «judaïsme». En effet, dans les discours d’Hitler, les expressions «Judentum» (la juiverie, les Juifs), «die Juden» (les Juifs), «der Jude» (le Juif), et «die jüdische Rasse» (la race juive) sont interchangeables et signifient toujours pour Hitler l’ensemble des Juifs. Traduire «Judentum» par «judaïsme» ignore complètement le caractère concret et collectif de l’emploi hitlérien du mot. Il ne s’agit pas de la religion juive, mais bien pour Hitler de désigner la collectivité des Juifs. La distinction est de nature similaire à celle qui existe entre «Chrétienté», au sens de l’ensemble des Chrétiens, et «Christianisme». Traduire par «les Juifs» ou par «la juiverie» ne constitue d’ailleurs pas une sur-traduction dans la mesure où le Grand dictionnaire Langenscheidt propose lui-même la traduction de «Judentum» par le collectif «les Juifs». Le Harraps Universal Dictionnaire Allemand/Français - Français/Allemand donne pour premier sens de Judentum: «Gesamheit der Juden» (ensemble des Juifs) et traduit par «les Juifs». Les traductions en anglais utilisent généralement «Jewry» pour rendre «Judentum». On peut remarquer que de nombreuses traductions en français font l’impasse sur ce caractère collectif et concret, ne tiennent pas compte du contexte et de l’emploi hitlérien du mot, et rendent bien souvent «Judentum» dans les discours d’Hitler par un «judaïsme» à la limite du contre-sens. Ainsi, la traduction française de l’ouvrage de Eberhard Jäckel, rend-elle «Judentum» systématiquement par «judaïsme», notamment pour le discours cité (Hitler Idéologue, Gallimard, Tel, 1995, p. 83). 17. Traduit d’après l’original en Allemand: «Ich fühle mich wie Robert Koch in der Politik. Der fand den Bazillus und wies damit der ärztlichen Wissenschaft neue Wege. Ich entdeckte den Juden als den Bazillus und das Ferment aller gesellschaftl[ichen]. Dekomposition. Ihr Ferment.» (Tagebuch Walther Hewel, 1941, vollständige Abschrift, in: IfZ-Archiv, Sammlung Irving, ED 100, Bd. 78, Zitat Bl. 112, cité par Roman Töppel «„Volk Und Rasse“ Hitlers Quellen auf der Spur», Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, vol. 64, no. 1, janvier 2016, p. 9. Ce passage avait également été cité par Peter Longerich & Dieter Pohl, Die Ermordung der europäischen Juden, Munich: Piper, 1989, p. 76). Hitler poursuit: «Je suis celui qui a prouvé qu’un État peut vivre sans Juifs. L’économie, la culture, l’art, etc. etc. peuvent réussir sans Juifs et même mieux. C’est le pire coup que j’ai porté contre les Juifs.» («Und eines habe ich bewiesen, daß ein Staat ohne Juden leben kann. Daß Wirtschaft, Kultur, Kunst etc etc ohne Juden bestehen kann und zwar besser. Das ist der schlimmste Schlag, den ich den Juden versetzt habe.», cité par Peter Longerich & Dieter Pohl, ibid.). 18. Cité par Andreas Hillgruber (éd.), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler 1939-1941, Volume 2, Vertrauliche Aufzeichnungen über Unterredungen mit Vertretern des Auslandes, Frankfurt am Main: Bernard und Graefe, 1970, p. 557: «Die Juden seien die Geißel der Menschheit […] Wenn die Juden freien Weg hätten wie im Sowjetparadies, so würden sie die wahnsinnigsten Pläne verwirklichen. So sei Rußland zu einem Pestherd für die Menschheit geworden. Wenn auch nur ein Staat aus irgendwelchen Gründen eine jüdische Familie bei sich dulde, so würde diese der Bazillenherd für eine neue Zersetzung werden. Gäbe es keine Juden mehr in Europa, so würde die Einigkeit der europäischen Staaten nicht mehr gestört werden. Wohin man die Juden schicke, nach Sibirien oder Madagaskar, sei gleichgültig. Er werde an jeden Staat mit dieser Forderung herantreten.» 19. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 76, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 50. Original: «Das Gesetz des Daseins fordert ununterbrochenes Töten, damit das Bessere lebt.» (Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Munich: Limes Verlag, 1982, p. 40). 20. Traduit d’après l’original allemand: «Den destruktiven Juden setzen wir ganz hinaus […] Ich gehe an diese Sache eiskalt heran. Ich fühle mich nur als der Vollstrecker eines geschichtlichen Willens.» (Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 90-91, également traduit en Anglais dans Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370. Une première traduction longtemps présentée sur cette page se fondait sur cette traduction de Browning. La voici, pour mémoire: «Nous nous débarassons entièrement des Juifs destructeurs. […] Je procède en ces matières d’une façon glacée. Je me sens être seulement l’exécuteur de la volonté de l’histoire.»). 21. Adolf Hitler, Monologe im Führer-Hauptquartier 1941-1944, ed. Werner Jochmann et Heinrich Heim, Munich 1980, p. 99: «Wenn wir diese Pest ausrotten, so vollbringen wir eine Tat für die Menschheit, von deren Bedeutung sich unsere Männer draußen noch gar keine Vorstellung machen können.» Traduction française dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 351. 22. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 106, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370. Notre traduction française s’appuie sur l’original en Allemand cité par Browning et est conforme à sa traduction en Anglais. On peut d’ailleurs restituer ce passage dans son contexte: «Vor dem Reichstag habe ich dem Judentum prophezeit, der Jude werde aus Europa verschwinden, wenn der Krieg nicht vermieden bleibt. Diese Verbrecherrasse hat die zwei Millionen Toten des Weltkrieges auf dem Gewissen, jetzt wieder Hundertausende. Sage mir keiner: Wir können sie doch nicht in den Morast schicken! Wer kümmert sich denn um unsere Menschen? Es ist gut, wenn uns der Schrecken vorangeht, daß wir das Judentum ausrotten. Der Versuch, einen Judenstaat in Afrika oder Asien zu gründen, wird ein Fehlschlag sein […] Wir schreiben die Geschichte auch wieder neu: vom Rassestandpunkt aus.» (Monologue, ibid., p. 106). Ce qui signifie: «Au Reichstag, j’ai prophétisé aux Juifs que le Juif disparaîtrait d’Europe si la guerre n’était pas évitée. Cette race de criminels a deux millions de morts de la [première] guerre mondiale sur la conscience, et maintenant encore des centaines de milliers. Qu’on ne vienne pas me dire que nous ne pouvons tout de même pas les pousser dans les marais. Il est bon que la terreur nous précède du fait que nous exterminons les Juifs. La tentative de créer un Etat juif en Afrique ou en Asie sera un échec. […] Nous écrivons de nouveau l’histoire, d’un point de vue racial.». La référence aux marais n’est pas fortuite. Une directive de Himmler de juillet 1941 ordonnait de tuer tous les Juifs et de pousser les femmes dans les marais. Hitler ne l’ignorait pas.Voir ici...

Il nous faut remarquer que le passage cité ici (surtout «Es ist gut, wenn uns der Schrecken vorangeht, daß wir das Judentum ausrotten») fait partie d’un corpus d’abord publié dans une traduction française effectuée par l’homme d’affaire pro-nazi François Genoud, Hitler, Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Flammarion, 1952. François Genoud a sciemment édulcoré les propos d’Hitler en traduisant le passage mentionné ainsi: «Il n’est pas mauvais d’ailleurs que la rumeur publique nous prête le dessein d’exterminer les Juifs.» La traduction de Schrecken comme «la rumeur publique» est tout à fait impropre car elle ne permet pas de rendre les connotations de terreur et d’angoisse associées au mot Schrecken. La tournure «la rumeur publique nous prête» suggère clairement — c’est la fonction du mot rumeur — que cela est faux. Par ailleurs, Hitler dans son propos original ne fait aucune mention d’attribution (la rumeur nous prête...) mais parle bien de fait. Enfin, l’édulcoration se mue en falsification pure et simple avec l’insertion par Genoud du mot «dessein». En effet, ce mot ou même la notion de plan ou de projet sont complètement absents de la version originale. L’objectif de Genoud est très clair; il s’agit de faire croire qu’une rumeur concernerait non des événements en cours mais tout au plus un projet à venir. Bien évidemment, les propos réels d’Hitler sont clairs et sans ambiguité: il énonce la réalité du fait que les Juifs sont en train d’être exterminés à l’arrière du front de l’Est et qu’il approuve a minima l’effet de terreur que ces assassinats ont sur la population des territoires conquis. L’analyse qui précède est due à l’historien Richard Evans qui décortique la version anglaise des propos d’Hitler sous la plume du négationniste britannique David Irving, qui s’est contenté (ce que Richard Evans ignore) de traduire en anglais la version française de Genoud, qu’Irving a longtemps fréquenté (Richard Evans, Lying About Hitler: History, the Holocaust and the David Irving Trial, Basic Books, 2001, p. 73). Soulignons que la version anglaise de 1953 (que ne reprend pas Irving), Hitler’s Table Talk, (présentée par H. R Trevor-Roper, London, Weidenfeld and Nicolson, 1953, nombreuses rééditions, notamment 1973, 2000, 2007) est une traduction directe de la version française de Genoud et non de la version originale allemande. Browning qui traduit par contre directement depuis l’original en allemand rend notre passage correctement par: «It is good when the terror precedes us that we are exterminating the Jews». L’historiographie française, malheureusement, s’est laissée piéger par Genoud en citant directement sa version plutôt que de retraduire depuis l’original (disponible seulement depuis 1980 cependant). Les plus compétents se sont laissés prendre. Le plus récent est Edouard Husson, excellent germaniste et historien, dans ses deux ouvrages, «Nous pouvons vivre sans les Juifs» Novembre 1941. Quand et comment ils décidèrent de la Solution finale (Perrin, 2005, p. 140 notamment. La traduction fautive constitue même le titre du chapitre 7!) et surtout Heydrich et la Solution finale (dans ses deux éditions, Perrin 2008 & 2012, p. 434 dans cette dernière). C’est d’autant plus dommage que la traduction exacte renforce plutôt les thèses de Husson. Il faut craindre, compte tenu du sérieux du travail de Husson que la version falsifiée de Genoud continue à se répandre. Notons que le très bon historien de la Shoah, Maxime Steinberg, lui aussi reprend la version Genoud en 1998 (Un pays occupé et ses juifs, La Belgique, entre France et Pays-Bas, Quorum, 1998, p. 230 et 239), mais aussi François Delpla dans son Hitler (Grasset, 1999). Il nous faut insister sur le fait que les versions Genoud (la française, mais aussi l’anglaise de Trevor Ropper) ne doivent absolument plus être utilisées à des fins de citations, non seulement à cause des manipulations des traductions par Genoud mais aussi parce que Genoud a très certainement inventé quelques propos qu’Hitler n’a pas tenus et en a camouflé d’autres. Voir sur ces points et sur les traductions falsifiées, le très précieux article de Richard C. Carrier, «Hitler’s Table Talk - Troubling Finds», German Studies Review, octobre 2003, vol. 26, no. 3. Les ajouts de Genoud ne portent cependant que sur les croyances religieuses d’Hitler, que Genoud tente de faire passer pour athée, ce qui est contraire à la réalité. Soulignons enfin que l’étude de Carrier démontre de façon convaincante que les éditions originales en allemand aujourd’hui disponibles (celles de Werner Jochmann déjà citée, mais aussi celle de Henry Picker, Hitlers Tischgespräche im Führerhauptquartier, Propyläen Verlag, 2003, dernière édition, améliorée, d’un recueil dont la première version date de 1951) sont des sources dignes de confiance. Depuis 2016 on dispose d une édition française fiable, émanant de l’historien spécialiste d’Hitler et du IIIe Reich, François Delpla: Adolf Hitler, Propos intimes et politiques, traduit de l’allemand et commenté par François Delpla (Tome I, Juillet 1941-mars 1942, Tome II, mars 1942-novembre 1944), Paris: Nouveau monde éditions, 2016.

23. Notes prises par Paul Otto Schmidt entre le Führer et le grand Mufti de Jérusalem à Berlin, le 28 novembre 1941, geheime Reichssache 57 a/41, Records Dept. Foreign and Commonwealth Office Pa/2, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 142-143. Original: «Sobald dieser Fall eingetreten sei, würde der Führer von sich aus der arabischen Welt die Versicherung abgeben, daß die Stunde der Befreiung für sie gekommen sei. Das deutsche Ziel würde dann lediglich die Vernichtung des im arabischen Raum unter der Protektion der britischen Macht lebenden Judentums sein» (Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Munich: Limes Verlag, 1982, p. 117). Le compte-rendu original complet se trouve en ligne. 24. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 148: «Viele Juden sind sich such des destruktiven Charakters ihres Daseins nicht bewußt gewesen. Aber wer Leben zerstört, setzt sich dem Tode aus, und etwas anderes geschieht auch ihnen nicht. Wer hat die Schuld, wenn die Katze die Maus frißt?» Traduction française dans Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., 1988, p. 143. 25. «Der Jude aber wird nicht die europäischen Völker ausrotten, sondern er wird das Opfer seines eigenen Anschlages sein», Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, Würzburg, 1963, vol. II, p. 1821, cité par Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74. 26. Le 23 octobre 1941, le chef de la Gestapo, Heinrich Müller diffusa une circulaire aux bureaux et agences du Sipo-SD, faisant état de l’ordre d’Himmler interdisant l’émigration des Juifs. Voir Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 369. 27. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 229, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939 - March 1942, University of Nebraska Press, 2004, p. 546. En Allemand: «Der Jude muß aus Europa heraus […] Ich sage nur, er muß weg. Wenn er dabei kaputtgeht, da kann ich nicht helfen. Ich sehe nur eines: die absolute Ausrottung, wenn sie nicht freiwillig gehen». 28. Max Domarus, Hitler, Reden und Proklamationen, 1932-1945, volume 2, 2e partie (ou vol. IV), Munich: Süddeutscher Verlag, 1965, p. 1828-1829: «Wir sind uns dabei im klaren darüber, daß der Krieg nur damit enden kann, daß entweder die arischen Völker ausgerottet werden, oder daß das Judentum aus Europa verschwindet. Ich habe am 1. September 1939 im Deutschen Reichstag es schon ausgesprochen — und ich hüte mich vor voreiligen Prophezeiungen —, daß dieser Krieg nicht so ausgehen wird, wie es sich die Juden vorstellen, nämlich daß die europäischen arischen Völker ausgerottet werden, sondern daß das Ergebnis dieses Krieges die Vernichtung des Judentums wird.» Nous traduisons «Judentum» par «les Juifs». Voir, à ce sujet, note 16. Par ailleurs, le lecteur aura noté qu’Hitler commet une erreur en datant sa «prophétie» du 1er septembre 1939, alors que sa menace d’anéantissement de la race juive en Europe date du 30 janvier 1939. Cette «erreur», qu’il commettra à plusieurs reprises, est surtout le signe de l’importance qu’Hitler accorde à la guerre (commencée le 1er septembre 1939…) dans la justification et l’accomplissement de l’extermination des Juifs d’Europe. Ce passage figure partiellement dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74-75. 29. Le discours est réimprimé dans le recueil de discours de Hitler, Der grossdeutsche Freiheitskampf, vol. 3, Reden Adolf Hitlers von 16. März 1941 bis 15. März 1942, Munich, 1942, p.  (cité par Jean Stengers, «Hitler et les Juifs. À propos d’une vision récente du problème», Revue belge de philologie et d’histoire, tome 69, fasc. 4, 1991, p. 970). Jean Stengers mentionne notamment la réimpression dans le Völkischer Beobachter du 1er février 1942 (ibid.). Nous avons pu examiner le Litzmannstadter Zeitung du 1er février 1942 qui reproduit l’intégralité du discours d’Hitler pages 3 à 6, et mentionne les «tonnerres d’appaudissements». Le passage que nous citons figure en bas de la page 5 (3e colonne). Nous pensons que Jean Stengers cite probablement le document PS-2664 des Actes du Procès de Nuremberg qui reproduit partiellement l’article du Völkischer Beobachter, tome XXXI (31), p. 66 pour le passage cité. 30. Traduit d’après l’original allemand: «Zum ersten Male werden nicht andere Völker verbluten, sondern zum ersten Male wird diesmal das echt altjüdische Gesetz angewandt: Aug' um Aug', Zahn um Zahn! […] Und es wird die Stunde kommen, da der böseste Weltfeind aller Zeiten wieder wenigstens auf ein Jahrtausend seine Rolle ausgespielt haben wird.» (Litzmannstadter Zeitung du 1er février 1942, ibid.). Le même passage est retranscrit à l’identique dans la brochure de propagande de la Werhmacht, Bernst & Wedel (Alfred Ingemar Berndt & General von Wedel), Deutschland im kampf, 1942, Januar-Lieferung, (Nr. 57/58 der Gesamtlieferung), p. 92. Jean Stengers (voir note précédente) relève que Max Domarus, se fondant sur une retranscription officielle (du Deutsches Nachrichtenbüro) ne restitue pas le verbluten (saignés à mort, la version Domarus est la suivante: «Zum erstenmal wird diesmal das echt altjüdische Gesetz angewendet. Aug' um Aug', Zahn um Zahn!», p. 1829) et que c’est malheureusement cette version expurgée qui est le plus souvent reprise dans l’historiographie. Il ne relève cependant pas que cette édulcoration officielle, à chaud, d’une précision hitlérienne particulièrement violente (avérée puisque mentionnée par de nombreuses retranscriptions dans les journaux du lendemain et du surlendemain) est une forme d’aveu. On notera que quelques mois plus tard la compilation des discours d’Hitler mentionnée précédemment ne s’embarassera pas de ces scrupules (verbluten y figure bien comme le précise Stengers, art. cit.). Soulignons enfin que ce passage est remarqué dès 1946 puisqu’il figure dans le document PS-2664 des Actes du Procès de Nuremberg (voir note précédente). 31. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 3, entrée du 15 février 1942, p. 320-321. Le passage en allemand, sans les incises : «Der Führer gibt noch einmal seiner Meinung Ausdruck, daß er entschlossen ist, rücksichtslos mit den Juden in Europa aufzuräumen. Hier darf man keinerlei sentimentale Anwandlungen haben. Die Juden haben die Katastrophe, die sie heute erleben, verdient. Sie werden mit der Vernichtung unserer Feinde auch ihre eigene Vernichtung erleben. Wir müssen diesen Prozeß mit einer kalten Rücksichtslosigkeit beschleunigen, und wir tun damit der leidenden und seit Jahrtausenden vom Judentum gequälten Menschheit einen unabschätzbaren Dienst. Diese klare judenfeindliche Haltung muß auch im eigenen Volke allen widerspenstigen Kreisen gegenüber durchgesetzt werden». Une traduction légèrement différente se trouve dans Joseph Goebbels, Journal. 1939-1942, Taillandier, 2009, p. 504. Le passage est également cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 93 (original dans Peter Longerich, Der ungeschriebene Befehl: Hitler und der Weg zur "Endlösung", Munich: Piper Verlag GmbH, 2001, p. 141). 32. Monologe im Führerhauptquartier. Die Aufzeichnungen Heinrich Heims, Jochmann (éd.), Hambourg, 1980,  293: «Der Jude wird erkannt werden! Der gleiche Kampf, den Pasteur und Koch haben kämpfen müssen, muß heute von uns geführt werden. Zahllose Erkrankungen haben die Ursache in einem Bazillus: dem Juden! Japan würde ihn auch bekommen haben, wenn es dem Juden weiter offen gestanden hätte. Wir werden gesunden, wenn wir den Juden eliminieren.» En anglais dans Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 92. 33. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 75: «meine Prophezeiung wird ihre Erfüllung finden, daß durch diesen Krieg nicht die arische Menschheit vernichtet, sondern der Jude ausgerottet werden wird. Was immer auch der Kampf mit sich bringen oder wie lange er dauern mag, dies wird sein endgültiges Ergebnis sein» Voir aussi Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 92. 34. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74-75. «Ich habe am 1. September 1939 in der damaligen Reichstagssitzung zwei Dinge ausgesprochen: […] zweitens, daß, wenn das Judentum einen internationalen Weltkrieg zur Ausrottung etwa der arischen Völker anzettelt, dann nicht die arischen Völker ausgerottet werden, sondern das Judentum. […] Die Juden haben einst auch in Deutschland über meine Prophezeiungen gelacht. Ich weiß nicht, ob sie auch heute noch lachen, oder ob ihnen das Lachen bereits vergangen ist. Ich kann aber auch jetzt nur versichern: Es wird ihnen das Lachen überhall vergehen. Und ich werde auch mit diesem Prophezeiungen recht behalten.» Nous traduisons encore «das Judentum» par «les Juifs». Voir note 16. Sur l’«erreur» de date commise par Hitler concernant sa «prophétie», voir fin de la note 28. 35. Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, 1932-1945, Löwit, 1973, vol. IV, p. 1937: «Auch eine andere Macht, die einst in Deutschland sehr gewärtig war, hat unterdes die Erfahrung gemacht, daß die nationalsozialistischen Prophezeiungen keine Phrasen sind. Es ist die Hauptmacht, der wir all das Unglück verdanken: das internationale Judentum. Sie werden sich noch der Reichstagssitzung erinnern, in der ich erklärte : Wenn das Judentum sich etwa einbildet, einen internationalen Weltkrieg zur Ausrottung der europäischen Rassen herbeiführen zu können, dann wird das Ergebnis nicht die Ausrottung der europäischen Rassen, sondern die Ausrottung des Judentums in Europa sein. Man hat mich immer als Propheten ausgelacht. Von denen, die damals lachten, lachen heute Unzählige nicht mehr, und die jetzt noch lachen, werden es vielleicht in einiger Zeit auch nicht mehr tun. Diese Erkenntnis wird sich über Europa hinaus über die ganze Welt verbreiten. Das internationale Judentum wird in seiner ganzen dämonischen Gefahr erkannt werden, dafür werden wir Nationalsozialisten Sorgen.». Version française (sauf les deux dernières phrases) dans Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 783. 36. Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, 1932-1945, Löwit, 1973, vol. IV, p. 1992: «Dieser Kampf wird deshalb auch nicht, wie man es beabsichtigt, mit der Vernichtung der arischen Menschheit, sondern mit der Ausrottung des Judentums in Europa sein Ende finden.» 37. Mémorandum de Paul Otto Schmidt; le 18 avril 1943, Geheime Reichsahe [secret d’Etat], relatif à la conversation entre le Führer et le régent hongrois Horthy au château de Klessheim le 17 avril 1943: «Wenn die Juden dort nicht arbeiten wollten, würden sie erschossen. Wenn sie nicht arbeiten könnten, müßten sie verkommen. Sie wären wie Tuberkilbazillen zu behandeln, an denen sich ein gesunder Körper anstecken könne. Das wäre nicht grausam, wenn man bedenke, daß sogar unschuldige Naturgeschöpfe wie Hasen und Rehe getötet werden müßten, damit kein Schaden entstehe.», Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXXV, 736-D, p. 428. Cité également dans Andreas Hillgruber (ed.), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler, vol.  2, Bernard & Graefe, Frankfurt am Main, 1970, p. 257. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 598 ainsi que (citation partielle) Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 208. 38. «Judentum muß in Europa ausgerottet werden. Was sich dem entgegenstellt, muss fallen […] Bei Juden aber kein Mitleid […] Nicht entschuldigen die die sich gegen Juden nicht verteidigen.», in Christian Gerlach et Götz Aly, Das Letzte Kapitel. Der Mord an den ungarischen Juden, Stuttgart München, DVA, 2002, p. 87-88, notamment note 271, p. 88. 39. Journal de Goebbels, 13 mai 1943 (Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 8, p. 287-288). Pour le contexte et une citation (partielle) voir Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 847. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 589. Le passage cité est le suivant: «Die Natur ist vom Gesetz des Kampfes beherrscht. Immer wieder wird es parasitäre Erscheinungen geben, die den Kampf beschleunigen und den Ausleseprozess zwischen den Starken und den Schwachen intensivieren. […] In der Natur handelt das Leben immer gleich gegen den Parasitismus; im Dasein der Völker ist das nicht ausschließlich der Fall. Daraus resultiert eigentlich die jüdische Gefahr. Es bleibt also den modernen Völkern nichts anderes übrig, als die Juden auszurotten. Sie werden sich mit allen Mitteln gegen diesen allmählichen Vernichtungsprozess zur Wehr setzen.» 40. Cité par Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, op. cit., p. 915. L’original allemand est cité par Hans-Heinrich Wilhelm, «Hitlers Ansprache vor Generalen und Offizieren am 26. Mai 1944», Militärgeschichtliche Mitteilungen, 2, 1976, p. 156: «Indem ich den Juden entfernte, habe ich in Deutschland die Möglichkeit irgendeiner revolutionären Kernbildung oder Keimzellenbildung beseitigt. Man kann mir natürlich sagen: Ja, hätten Sie das nicht einfacher - oder nicht einfacher, denn alles andere wäre komplizierter gewesen, aber humaner lösen können? Meine Herren Offiziere, wir stehen in einem Kampf auf Leben und auf Tod. Wenn in diesem Kampf unsere Gegner siegen, würde das deutsche Volk ausgerottet werden. Der Bolschewismus würde Millionen und Millionen und Millionen unserer Intellektuellen abschlachten. Was nicht durch Genickschuß stürbe, würde abtransportiert. Die Kinder höherer Schichten würden wegkommen und beseitigt werden.» Il est intéressant de noter que dans ce discours, Hitler cite une nouvelle fois sa «prophétie» de 1939 et reprend sa menace: en cas de guerre ce ne serait pas la nation allemande qui serait «ausgerottet» mais la «juiverie» (Kershaw, ibid, p. 926). Etant donnée la description que Hitler vient de faire de ce que serait l’«Ausrottung» du peuple allemand, ce qu’il entend par l’«Ausrottung» des Juifs devient clair: des millions de morts, des balles dans la nuque, des déportations, l’élimination des enfants: exactement ce que les nazis ont fait subir aux Juifs d’Europe. 41. Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, op. cit., p. 1171-1172. Citation originale en Allemand dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 78 (1re édition, Tübingen:Rainer Wunderlich Verlag H. Leins, 1969, p. 85): «Ich habe aber auch keinen Zweifel darüber gelassen, daß, wenn die Völker Europas wieder nur als Aktienpakete dieser internationalen Geld- und Finanzverschwörer angesehen werden, dann auch jenes Volk mit zur Verantwortung gezogen werden wird, das der eigentlich Schuldige an diesem mörderischen Ringen ist: Das Judentum! Ich habe weiter keinen darüber im unklaren gelassen, daß dieses Mal nicht nur Millionen Kinder von Europäern der arischen Völker verhungern werden, nicht nur Millionen erwachsener Männer den Tod erleiden und nicht nur Hunderttausende an Frauen und Kindern in den Städten verbrannt und zu Tode bombardiert werden dürften, ohne daß der eigentlich Schuldige, wenn auch durch humanere Mittel, seine Schuld zu büßen hat.». Texte complet et fac-similés en ligne. On peut rapprocher cette dernière déclaration d’Hitler, d’une autre, faite lors d’un entretien du 13 février 1945, Hitler confie: «J’ai lutté contre les Juifs à visage découvert. Je leur ai adressé un dernier avertissement au début de la guerre. Je ne leur ai pas laissé ignorer que s’ils précipitaient de nouveau le monde dans la guerre, cette fois ils ne seraient pas épargnés, que la vermine serait définitivement exterminée en Europe. […] J’ai percé le furoncle juif comme les autres. L’avenir nous en sera éternellement reconnaissant.» («Ich habe gegen die Juden mit offenem Vieser gekämpft. Ich ihnen bei Kriegsausbruch eine letzte Warnung zukommen lassen. Ich habe sie nicht im ungewissen darüber gelassen, daß sie sollten sie die Welt von neuem in dem Krieg stürzen, diesmal nicht verschont bleiben würden — daß das Ungeziefer in Europa endgültig ausgerottet wird. […] Die jüdische Eiterbeule habe ich aufgestochen, wie die anderen. Die Zukunft wird uns ewigen Dank dafür wissen»), dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 77. Mentionnons toutefois que la source de laquelle est tirée cette citation, Hitlers Politische Testament. Die Bormann-Diktate vom Februarund April 1945, Hambourg, 1981, document édité par le milliardaire proto-nazi François Genoud, ne présente pas toutes les garanties d’authenticité tant ses conditions de découverte et de publication sont rocambolesques (voir l’explication complète de Ian Kerhaw, qui ne ne prononce pas, op. cit., p. 1491-1494). Le caractère extrêmement cohérent du contenu du document par rapport aux propos antérieurs d’Hitler plaide cependant en faveur de l’authenticité du document. François Delpla, historien et biographe français d’Hitler, est par ailleurs enclin à y voir un document authentique (échange avec l’auteur, juin 2001). Pierre Péan cite le document Bormann-Genoud longuement sans en mettre en doute l’authenticité (Pierre Péan, L’extrémiste: François Genoud, de Hilter à Carlos, Le Livre de Poche, 1996, p. 193-197), tandis que l’autre biographe de Genoud, Karl Laske en mentionne le caractère douteux (Karl Laske, Le banquier noir, Seuil, 1996, p. 166-167).

L’antisémitisme mortifère d’Hitler

Paroles et documents


L’antisémitisme tient une place centrale dans l’idéologie nazie. Son principal promoteur en est Hitler lui-même. Les discours, documents, déclarations qui en illustrent le caractère fanatique sont abondants. Parmi toutes ces déclarations un certain nombre illustre l’aspect radical de cet antisémitisme: Hitler voulait se débarrasser des Juifs. L’expression de ce désir a pris dès le début de la carrière politique d’Hitler la forme d’un appel au meurtre. Au cours des premières années de son parcours politique, Hitler exprime à maintes reprises son désir de meurtre sans qu’il soit possible d’affirmer qu’il s’agissait d’un projet arrêté. Lorsque son parti gagne en audience et que lui-même cherche à gagner en respectabilité, il évite de renouveler des déclarations trop ouvertement assassines. L’arrivée de la guerre change cela et Hitler reparle de la mort des Juifs, non plus en terme de désir ou de fantasme, mais en terme de prophétie, voire de projet. À mesure qu’Hitler avance dans la guerre, ces déclarations montrent que le fantasme s’est définitivement transformé en projet, puis les déclarations qui y font référence montrent que le projet est en train de se réaliser, et enfin qu’il s’est réalisé. Hitler a «rêvé» l’extermination des Juifs avant d’oser l’envisager puis de la réaliser. Nous proposons au lecteur une liste chronologique de ses déclarations les plus caractéristiques...

Voir la liste des citations…

Cacher la liste des citations…

16 septembre 1919L’élimination des Juifs en général
début 1920Le Juif, cette sangsue, doit être exterminé
6 avril 1920Même si nous devons nous allier avec le diable
31 mai 1920 Pendre ! Mettre à mort !
3 juillet 1920Combattre le Juif signifie l’éliminer
8 février 1921De la haine, de la haine brûlante
24 avril 1921La force brute... faire hurler notre ennemi
1922Jusqu’à ce que le dernier Juif de Munich ait été exterminé
2 février 1922La mort pour tout Juif avec un fille blonde
18 janvier 1923Quand nous aurons le pouvoir, que Dieu ait pitié de vous
1926Ecarter la main des Juifs de notre gorge par le glaive et dans le sang
1926Douze ou quinze mille de ces Hébreux sous les gaz empoisonnés
21 janvier 1939Les Juifs seront anéantis
30 janvier 1939L’anéantissement de la race juive en Europe
10 juillet 1941le Juif est un bacille
21 juillet 1941Les Juifs sont le fleau de l’humanité dont il faut débarrasser l’Europe
10 octobre 1941La vie exigent que des meurtres soient commis
17 octobre 1941Nous nous débarassons entièrement des Juifs
21 octobre 1941En exterminant cette peste
25 octobre 1941Nous exterminons les Juifs
28 novembre 1941L’extermination des Juifs dans les pays arabes
1er décembre 1941Les Juifs s’exposent à mourir
1er janvier 1942Le Juif sera exterminé
25 janvier 1942S’ils ne partent pas volontairement, l’extermination totale
30 janvier 1942Le résultat de cette guerre sera l’anéantissement des Juifs
14 février 1942Débarrasser l’Europe des Juifs
22 février 1942Nous aurons éliminé les Juifs
24 février 1942Le Juif sera exterminé
30 septembre 1942Les Juifs seront exterminés, l’envie de rire leur a déjà passé
8 novembre 1942L’extermination de la juiverie en Europe
24 février 1943L’extermination de la juiverie en Europe
17 avril 1943Si les Juifs ne travaillent pas, qu’ils crèvent
7 mai 1943Les Juifs doivent être exterminés en Europe
13 mai 1943Les peuples modernes n’ont d’autre solution que d’exterminer les Juifs
26 mai 1944J’ai supprimé les Juifs
29 avril 1945La Juiverie a expié

Cacher la liste des citations…


 

 
Le 16 septembre 1919, Hitler s’exprime, dans un texte, pour la première fois sur les Juifs. Il écrit notamment:

«L’antisémitisme fondé sur des motifs purement sentimentaux, trouvera son expression ultime sous forme de pogroms. L’antisémitisme selon la raison doit, lui, conduire au combat législatif contre les privilèges des Juifs et à l’élimination de ces privilèges... Son but ultime [celui de l’antisémitisme] doit, immuablement, être l’élimination des Juifs en général.»1



 

Quelques mois plus tard, il prend des notes en vue d’un discours. Ces notes contiennent les réflexions suivantes:

«Le Juifs qui apporte avec lui la démocratie a pour but ultime de dominer les peuples. Par conséquent, le Juif, cette sangsue, doit être exterminé (der Jude als Blutengel muß ausgerottet werden).»2



 

Lors d’une réunion du NSDAP (le parti nazi), le 6 avril 1920, Hitler déclare:

«Nous n’avons aucune intention d’être des antisémites sentimentaux désireux de susciter des pogroms mais nos cœurs sont remplis d’une détermination inexorable d’attaquer le mal à sa base et de l’extirper de sa racine à ses branches. Pour atteindre notre but, tous les moyens seront justifiés, même si nous devons nous allier avec le diable.»3



 

Lors d’un rassemblement du parti nazi le 31 mai 1920 à Munich, le journal Münchener Presse du 1er juin 1920 rapporte à propos du discours d’Hitler:

«Lorsque l’orateur lança la question, comment devait on se défendre des Juifs, des cris s’élevèrent de l’assemblée — une assemblée modèle selon le président — pour répondre: Pendre! Mettre à mort! (Totschlagen!)»4



 

Dans une lettre du 3 juillet 1920, à en tête du NSDAP, Hitler écrivait ceci au Major Konstantin Hierl:

«Le Juif en tant que ferment de décomposition (selon Mommsen) n’est pas à envisager comme individu particulier bon ou méchant, [il est] la cause absolue de l’effondrement intérieur de toutes les races, dans lesquelles il pénètre en tant que parasite. Son action est déterminée par sa race. Autant je ne peux faire reproche à un bacille de tuberculose, à cause d’un action qui, pour les hommes signifie la destruction, mais pour lui la vie, autant suis-je cependant obligé et justifié, en vue de mon existence personnelle, de mener le combat contre la tuberculose par l’extermination de ses agents. Le Juif devient et devint au travers des milliers d’années en son action une tuberculose de race des peuples. Le combattre signifie l’éliminer»5



 

Le 8 février 1921, Hitler s’exprime dans le Völkische Beobachter à propos des sentiments qu’il veut susciter chez les Allemands, envers les Juifs:

«De la haine, de la haine brûlante — c’est ce que nous voulons déverser dans les âmes de nos millions de compatriotes allemands, jusqu’à ce que s’embrase en Allemagne la flamme de colère qui nous vengera des corrupteurs de notre nation»6



 

Le 24 avril 1921, lors d’un discours, Hitler se met à crier:

«C’est la raison pour laquelle la résolution de la question juive est une question centrale pour les nationaux-socialistes. Cette question ne peut être résolue avec délicatesse; face aux armes terrifiantes de nos ennemis, nous ne pouvons la résoudre que par la force brute. La seule façon de combattre est de combattre durement. Lord Fischer l’a dit, “si vous frappez, alors frappez dur! Le seul combat sérieux est celui qui fait hurler votre ennemi.”»7



 

Le commandant à la retraite Josef Hell était journaliste durant les années vingt et au début des années trente. Il fut à cette époque le collaborateur du Dr Fritz Gerlich, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Der Gerade Weg. En 1922, Josef Hell demanda à Hitler: «Que comptez-vous faire aux Juifs, le jour où vous aurez les pleins pouvoirs?» Hitler, qui jusqu’alors avait parlé calmement et en employant des termes mesurés, subit une transformation totale, ses yeux se fixèrent dans le vide, il devint de plus en plus excité à mesure qu’il s’exprimait, en finissant par vociférer comme en transe:

«Lorsque je serai réellement au pouvoir, ma toute première tâche consistera à annihiler les Juifs. Dès que j’aurai la possibilité de le faire, je ferai construire — à la Marienplatz de Munich par exemple — autant de rangées de potences que la circulation le permettra. Puis les Juifs seront pendus sans discrimination et ils resteront pendus jusqu’à ce qu’ils puent. Ils resteront pendus tant que les principes d’hygiène le permettront. Dès qu’on les aura détachés, ce sera au tour de la prochaine fournée et ainsi de suite jusqu’à ce que le dernier Juif de Munich ait été exterminé. On agira séparément de même dans d’autres villes jusqu’à ce que l’Allemagne ait été complètement nettoyée des Juifs.»8



 

Dans un discours à Munich le 2 février 1922, Hitler demande la peine de mort pour «tout Juif pris avec une fille blonde»9.



 

Le 18 janvier 1923, Hitler fait un discours à Munich. Il promet:

«Il n’y a ici aucune possibilité d’accomodation: le Juif et ses complices demeureront à jamais des ennemis dans le cœur de notre peuple. Nous savons que s’ils se saisissent des commandes, nos têtes rouleront; nous savons aussi cependant que lorsque nous aurons le pouvoir entre nos mains, que Dieu ait pitié de vous!»10



 

A propos du moyen par lesquels les peuples peuvent se libérer du «mal juif» on peut lire dans Mein Kampf (publié en 1926):

«C’est maintenant l’inexorable Juif cosmopolite qui combat pour la domination des autres peuples. Aucun d’eux ne peut écarter cette main [celle des Juifs] de sa gorge autrement que par le glaive. Seule, la force rassemblée et concentrée d’une passion nationale peut, d’un sursaut, braver les menées internationales qui tendent à réduire les peuples en esclavage. Mais un tel geste ne saurait aller sans effusion de sang»11.



 

Toujours dans Mein Kampf, Hitler a clairement exprimé ce qui aurait justifié le «sacrifice» de millions d’Allemands, voire aurait pu en sauver certains:

«Si l’on avait, au début et au cours de la guerre, tenu une seule fois douze ou quinze mille de ces Hébreux corrupteurs du peuple sous les gaz empoisonnés que des centaines de milliers de nos meilleurs travailleurs allemands de toute origine et de toutes professions ont dû endurer sur le front, le sacrifice de millions d’hommes n’eût pas été vain. Au contraire, si l’on s’était débarrassé à temps de ces quelques douze mille coquins, on aurait peut-être sauvé l’existence d’un million de bons et braves Allemands pleins d’avenir»12.



   

Le 21 janvier 1939, Hitler s’adressa, avec Ribbentrop, au ministre des Affaires étrangères tchécoslovaque František Chvalkovský, qu’il avait convoqué à Berlin. Les propos d’Hitler ont été rapportés:

«Chez nous, les Juifs seront anéantis. Ils n’auront pas, en toute impunité, manigancé le 9 novembre 1918. Ce jour sera vengé.»13

Les propos de Hitler furent en fait encore plus violents. Quelques jours après son entretien avec Hitler et Ribbentrop, František Chvalkovský les rapporte à son concitoyen et collègue, le poète Camill Hoffmann, attaché de presse à l’ambassade de Tchécoslovaquie à Berlin. Ce dernier a immédiatement noté dans son journal les paroles que Chvalkovský lui avait rapportées. Camill Hoffmann note que Hitler et Ribbentrop ont parlé de:

«la nécessité d’exterminer les Juifs ([die] Notwendigkeit der Ausrottung der Juden)»14

František Chvalkovský a été tellement marqué par ce qu'il a entendu qu'il en fit également le récit, à son retour à Prague, à Leopold Victor de Lacroix, l’ambassadeur de France en poste en Tchécoslovaquie. Bien qu'édulcoré (prudence diplomatique oblige) par rapport à la franchise du récit fait à Camill Hoffmann, ce récit rapporté dès le 7 février 1939, le jour même de l'entretien, par de Lacroix à Georges Bonnet, alors ministre des affaires étrangères du gouvernement français, est édifiant. De Lacroix écrit:

«Ce qui l’a [Chvalkovský], semble-t-il, le plus frappé, c’est l’importance qu’attachent M. Hitler et M. de Ribbentrop à la question juive, ceci sans aucune commune mesure avec l’importance donnée aux autres sujets qui ont été abordés. Le Ministre des Affaires Étrangères du Reich comme le Chancelier auraient tous deux déclaré avec force qu’il n’était pas possible de donner la garantie allemande à un État qui n’élimine pas les Israélites […] Il faut supprimer cette vermine [auraient déclaré les deux hommes d’État].»15



   

Le 30 janvier 1939, Hitler déclare dans un discours au Reichstag:

«Aujourd’hui, je serai encore un prophète: si la finance juive internationale en Europe et hors d’Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas la Bolchevisation du monde, donc la victoire de la juiverie, au contraire, ce serait l’anéantissement de la race juive en Europe.»16



 

Le diplomate Walther Hewel était un ami proche de Hitler. Il se suicida peu après lui en 1945. Souvent aux côtés de Hitler, il tenait un journal où il consignait notamment les déclarations de ce dernier à son cercle le plus proche. Il note ainsi que le soir du 10 juillet 1941, Hitler déclarait:

«Je me considère comme le Robert Koch de la politique. Il a découvert le bacille [de la tuberculose] et ouvert de nouvelles voies à la médecine. Moi, j’ai découvert que le Juif est un bacille et le ferment de toute décomposition sociale.»17

Le recours à l’imagerie sanitaire (bacille) et la classique (tant chez Hitler que chez Himmler ou d’autres) référence à Koch et à la tuberculose marquent le caractère radicalement nuisible des Juifs aux yeux des nazis. Ils font ici référence plus ou moins implicitement à une déclaration antisémite de Paul de Lagarde qui disait au XIXe siècle que les Juifs étaient un bacille avec lequel nulle composition n’était possible et dont seule l’extermination assurait d’en être débarrassé.



 

Les 21 et 22 juillet 1941, Hitler reçoit le Ministre croate de la Défense, le Maréchal Slavko Kvaternik à la Wolfschanze. Il lui déclare:

«Les Juifs sont le fléau de l’humanité […] Si les Juifs avaient la voie libre comme ils l’ont au paradis soviétique, ils exécuteraient les plans les plus terribles. C’est ainsi que la Russie est devenue un foyer pestilentiel pour l’Humanité. Qu’un seul État, pour quelque raison que ce soit, tolère une seule famille juive en son sein, alors cela constituera une source de bacilles génératrice d’une nouvelle infection. Lorsqu’il n’y aura plus de Juifs en Europe, plus rien ne s’opposera à l’unification des nations européennes. Peu importe que les Juifs soient envoyés en Sibérie ou à Madagascar, [J’]imposera[i] cette exigence à chaque État.»18

On retrouve dans cette déclaration un ensemble de caractéristiques intéressantes. Hitler martèle la comparaison sanitaire des Juifs avec des agents contagieux dont il faut extirper jusqu’à la dernière famille. Il explicite qu’il entend débarrasser l’Europe des Juifs et imposer ce choix à tous les pays, amis ou ennemis. L’indifférence rhétorique, et hypocrite, d’Hitler sur une prétendue «destination» des Juifs sert à peine à camoufler qu’il s’agit d’un projet génocidaire: en juillet 1941, l’option Madagascar n’était depuis longtemps plus réalisable et Hitler le savait. L’évocation de la Sibérie n’est qu’une façon d’exprimer qu’il souhaite bien envoyer tous les Juifs d’Europe à la mort (même si le moyen n’est évidemment pas encore fixé à cette époque). La juxtaposition de l’aspect mondial de la «menace» juive aux yeux d’Hitler et de son caractère sanitaire (Juifs bacilles, peste, etc.) ne peut être interprétée autrement que par une aspiration à une mort collective.



 

Le 10 octobre 1941, Hitler déclarait:

«Les lois de la vie exigent que des meurtres soient commis de façon ininterrompue afin que les meilleurs vivent»19



 

Le 17 octobre 1941, Hitler se laissait aller devant Fritz Sauckel et Fritz Todt à des considérations sur la germanisation des territoires de l’Est. Il leur déclare notamment:

«Des Juifs destructeurs, nous nous débarrassons complètement […] Je procède en cette affaire de façon glacée. Je me sens seulement comme l’exécuteur d’une volonté historique.»20



 

Le 21 octobre 1941, Hitler se lança devant des proches, une fois de plus, dans dans une diatribe contre les Juifs particulièrement violente. Il la conclut en assennant:

«En exterminant cette peste, nous rendrons à l’humanité un service dont nos soldats ne peuvent avoir la moindre idée.»21



 

Le 25 octobre 1941, au cours d’une rencontre avec Heydrich et Himmler, de retour de Moghilev, il déclare, après avoir rappelé sa «prophétie» de 1939 et accusé les Juifs des vies perdues pendant la guerre:

«Il est bon que la terreur nous précède du fait que nous exterminons les Juifs […] Nous écrivons de nouveau l’histoire, d’un point de vue racial.»22



   

Le 28 novembre 1941, Hitler rencontre le grand Mufti de Jérusalem, Haj Amin Husseini. Les notes sur cette rencontre sont prises par le Dr. Paul Otto Schmidt. Dans son compte-rendu, Schmidt rapporte les propos de Hitler au Mufti. Hitler expose certains projets stratégiques au Mufti, notamment, celui d’atteindre la porte sud du Caucase. Schmidt note alors ce qui suit:

«Dès que cette percée sera faite, le Führer annoncera personnellement au monde arabe que l’heure de la libération a sonné. Après quoi, le seul objectif de l’Allemagne restant dans la région se limitera à l’extermination des Juifs vivant sous la protection britannique dans les pays arabes.»23



 

Le 1er décembre 1941, Hitler déclare à un cercle d’amis:

«Beaucoup de Juifs n’ont pas été, non plus, conscients du caractère destructeur de leur existence. Mais celui qui détruit la vie s’expose lui-même à mourir et les Juifs ne feront pas exception à la règle. Qui doit-on blâmer, le chat ou la souris, si le chat mange la souris ?»24



 

Le 1er janvier 1942, Hitler à l’occasion de ses vœux de nouvel an, déclare:

«Mais le Juif n’exterminera pas les peuples européens, c’est lui qui sera la victime de sa propre machination.»25



 

En octobre 1941, le régime nazi interdisait toute émigration aux Juifs de l’ensemble des territoires qu’il contrôlait26. Hitler qui le savait parfaitement déclarait avec cynisme à un cercle de proches, dont Himmler, le 25 janvier 1942:

«Le Juif doit partir d’Europe. […] Je dis seulement qu’il doit dégager. S’il crève en route, je n’y peux rien. Je vois seulement une chose: s’ils ne partent pas volontairement, l’extermination totale.»27

En disant cela à Himmler, l’auteur même du décret d’interdiction d’émigration, Hitler savait parfaitement que le départ, même volontaire, des Juifs était impossible, interdit, et qu’il ne demeurait donc, c’était l’objectif, qu’un seul terme de son alternative, l’extermination.



 

Dans un discours prononcé au Sportpalast de Berlin le 30 janvier 1942, Hitler déclare:

«Que cela soit bien clair: la guerre ne peut s’achever que de deux façons, soit par l’extermination (Ausrottung) des peuples aryens, soit par la disparition des Juifs d’Europe. Le 1er septembre 1939, j’ai déjà dit au Reichstag allemand, et je me garde de toute prophétie précipitée, que cette guerre ne tournera pas comme les Juifs se l’imaginent, à savoir que les peuples européens seront exterminés (ausgerottet), mais au contraire, que le résultat de cette guerre sera l’anéantissement (Vernichtung) des Juifs.»28

Ce discours est non seulement public, il est diffusé à la radio et imprimé dans son intégralité dans les journaux dès le lendemain puis réimprimé dans un recueil de discours d’Hitler dès 1942. Ces journaux ne manquent d’ailleurs pas de mentionner les «tonnerres d’appaudissements» (Beifallstürm) qui ponctuent cette diatribe, notamment durant et à la fin du passage cité ci-dessus29. Hitler poursuit et précise:

«Pour la première fois, ce ne sont pas d’autres peuples qui seront saignées à mort (verbluten), mais cette fois-ci, pour la première fois, sera appliquée la vieille loi juive: œil pour œil, dent pour dent […] Et l’heure viendra où le plus infâme ennemi de l’humanité de tous les temps aura fini son rôle pour au moins un millénaire.»30

Le sens des paroles hitlériennes est claire: le sang versé par les soldats allemands (mentionné par ailleurs dans le discours) doit être expié par les Juifs. Ce sont bien ces derniers qui seront «saignés à mort» de façon définitive.



 

Le 14 février 1942, Hitler s’entretient avec Goebbels. Ce dernier note dans son journal les propos que Hitler lui a tenus:

«[Hitler est déterminé] à être tout à fait impitoyable afin de débarrasser l’Europe des Juifs. […] Les Juifs ont complètement mérité la catastrophe qui les frappe aujourd’hui. Ils subiront leur propre anéantissement en même temps que l’anéantissement de nos ennemis. Nous devons accélérer ce processus avec une froide cruauté, et ce faisant, nous rendront un service inestimable à l’humanité souffrante qui a été torturée par les Juifs pendant des milliers d’années.»31



 

Le 22 février 1942, Hitler confiait à un cercle de proches:

«Le Juif sera identifié! Nous devons livrer la même bataille que Pasteur et Koch. D’innombrables maladies trouvent leur origine dans un seul bacille: le Juif! Le Japon les aurait aussi attrapée s’il était resté plus longtemps ouvert aux Juifs. Nous irons bien quand nous aurons éliminé les Juifs.»32



 

Le 24 février 1942, à l’occasion du 22e anniversaire de la fondation du parti nazi, Hitler fait lire une déclaration à l’Hofbräuhaus de Munich:

«Ma prophétie s’accomplira, ce n’est pas l’humanité aryenne qui sera anéantie par cette guerre, mais bien le Juif qui sera exterminé. Quoi que ce combat apporte, quelle que soit sa durée, c’est cela qui en sera le résultat final.»33



 

Le 30 septembre 1942, c’est encore au Sporpalast de Berlin qu’Hitler déclare:

«J’ai dit deux choses lors de la séance du Reichstag du 1er septembre 1939: […] deuxièmement, que si les Juifs trament une guerre mondiale internationale pour anéantir, disons, les peuples aryens, alors ce ne sont pas les peuples aryens qui seront exterminés, mais les Juifs. […] Naguère, en Allemagne, les Juifs ont ri de ma prophétie. J’ignore s’ils rient encore aujourd’hui, ou si l’envie de rire leur a déjà passé. Mais à présent, je ne peux aussi qu’assurer: partout, l’envie de rire leur passera. Et avec cette prophétie, c’est moi qui aurai le dernier mot.»34



 

Le 8 novembre 1942, dans un discours à la «vieille garde» du parti nazi, Hitler, après avoir clairement dit qu’il excluait tout compromis et toute offre de paix avec les ennemis extérieurs, invoque de nouveau sa «prophétie» en ces termes:

«Une autre force, jadis très présente en Allemagne, a entre-temps appris que les prophéties national-socialistes en sont pas des paroles vaines. C’est la principale puissance que nous devons remercier de toutes les infortunes: la juiverie internationale. Vous vous souvenez encore de la réunion du Reichstag dans laquelle j’ai déclaré: “Si la juiverie croit d’une manière ou d’une autre pouvoir provoquer une guerre mondiale internationale pour exterminer (Ausrottung) les races européennes, il en résultera non pas l’extermination (Ausrottung) des races européennes, mais l’extermination de la juiverie en Europe (Ausrottung des Judentums in Europa)”. On s’est toujours moqué de mes prophéties. De tous ceux qui riaient alors, beaucoup ne rien plus aujourd’hui. Et ceux qui rient encore aujourd’hui cesseront peut-être eux aussi de le faire d’ici peu […] Nous autres nazis devons faire en sorte que la menace absolument démoniaque de la juiverie internationale soit reconnue.»35



 

Le 24 février 1943, à l’occasion du 23e anniversaire de la fondation du parti nazi, Hitler fait lire un texte. Il y déclare:

«Ce combat ne s’achèvera pas par l’anéantissement planifié de l’humanité aryenne, mais par l’extermination de la juiverie en Europe.»36



 

Le 17 avril 1943, Hitler a une entrevue avec le régent Hongrois, Miklos Horthy. Les propos qu’il tient à Horthy ont été consignés par le le Dr. Paul Otto Schmidt:

«Si les Juifs ne voulaient pas travailler, ils étaient abattus. S’ils ne pouvaient pas travailler, ils devaient crever. Il fallait traiter les Juifs comme des bacilles tuberculeux susceptibles de contaminer un corps sain. Cela n’était pas cruel, si l’on considérait que des créatures aussi innocentes par nature que des lapins ou des chevreuils devaient être tuées pour éviter que des catastrophes ne surgissent.»37



 

Le 7 mai 1943, Hitler fait un discours devant de hauts responsables du parti nazi, des Reichsleiter et des Gauleiter. Herbert Backe, secrétaire d’État à l’approvisionnement, à peine revenu d’un voyage en Italie, assiste à ce discours. Il prend des notes pendant le discours d’Hitler, sur les papiers même de son voyage, dont une partie sur un menu italien, et rapporte les paroles tenues sur les Juifs. Herbert Backe cite Hitler qui déclare:

«Les Juifs doivent être exterminés en Europe. Il faut abattre tout ce qui s’y oppose. […] Pour les Juifs, pas de pitié. […] Pas d’excuse pour ceux qui ne se défendent pas contre les Juifs.»38



 

Toujours en mai 1943, Hitler déclare à Goebbels, qui le note dans son journal:

«La nature est régie par la loi de la lutte. Il y aura toujours des formes d’existence parasitaires pour accélérer le combat et intensifier le processus de sélection entre les forts et les faibles. […] Dans la nature, la vie travaille toujours immédiatement contre les parasites; dans l’existence des peuples ce n’est pas exclusivement le cas. De là vient le danger juif. Les peuples modernes n’ont donc d’autre solution que d’exterminer les Juifs.»39



 

Le 26 mai 1944, Hitler prononçait un discours à l’Obersalzberg devant des généraux et des officiers supérieurs. Hitler y glose sur «la vie […] n’est qu’intolérance perpétuelle» que la nature «détruit tout ce qui est incapable de vivre», y parle des Juifs comme d’un «corps étranger» qu’il avait été essentiel de chasser même si tout le monde n’avait pas compris pourquoi il devait procéder «de manière aussi brutale et implacable». Il en arrive au point clé de son discours (on se souviendra qu’Hitler réserve à ses «adversaires» le sort même qui serait réservé aux Allemands, prétend-t-il, si ces «adversaires» étaient victorieux):

«En supprimant les Juifs, j’ai éliminé en Allemagne la possibilité de créer une sorte de cœur ou de noyau révolutionnaire. Naturellement, vous pourriez dire: d’accord, mais pourquoi ne pas l’avoir fait plus simplement, ou non pas plus simplement, puisque tout le reste eut été plus compliqué, mais avec plus d’humanité? Messieurs, nous sommes engagés dans un combat à mort. Si nos adversaires sortaient victorieux de ce combat, le peuple allemand serait éradiqué. Le bolchevisme massacrerait des millions, des millions et des millions de nos intellectuels. Qui échapperait à une balle dans la nuque serait déporté. Les enfants des classes supérieures seraient enlévés et éliminés. Toute cette bestialité a été organisée par les Juifs.»40



 

En 1945, la défaite était consommée. Hitler avait voulu et poursuivi la guerre. Il l’avait perdue. Mais à ses yeux, tout n’aurait pas été vain. Dans son «testament politique» dicté la veille de son suicide le 29 avril 1945, il déclarait:

«Je n’ai laissé subsister aucun doute. Si les nations européennes doivent être à nouveau considérées comme de simples paquets d’actions de ces conspirateurs monétaires et financiers internationaux; alors cette race, qui est réellement coupable de ce combat meurtrier, sera elle aussi appelée à rendre des comptes: la juiverie! Je n’ai pas non plus dissimulé que cette fois des millions dhommes adultes n’iraient pas au devant de la mort, et des centaines de milliers de femmes et d’enfants ne périraient pas brûlés et écrasés sous les bombes dans les villes sans que le véritable fautif doive expier sa culpabilité, fût-ce par des moyens plus humains.»41


Il existe de nombreuses autres citations et documents contemporains de même nature par d’autres dignitaires nazis, ou par des témoins ou participants de l’extermination des Juifs. Nous donnons quelques exemples de tels déclarations ici:
http://phdn.org/histgen/documents/nazisdoc.html

Par ailleurs, quelques exemples de la volonté d’extermination nazis, notamment d’autres déclarations mortifères, sont données ici: http://phdn.org/histgen/documents/volonte.html


Notes

1. Lettre de Adolf Hitler à Adolf Gemlich, 16 septembre 1919, dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, édité par Eberhard Jäckel et Axel Kuhn, Stuttgart 1980, Doc 61, p. 88 et suiv., cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, Objectif extermination, Frison Roche Edition, 1994, p. 13. Original: «Der Antisemitismus aus rein gefühlsmäßigen Gründen wird seinen letzten Ausdruck finden in der Form von Progromen [sic]. Der Antisemitismus der Vernunft jedoch muß führen zur planmäßigen gesetzlichen Bekämpfung und Beseitigung der Vorrechte des Juden, die er nur zum Unterschied der anderen zwischen uns lebenden Fremden besitzt (Fremdengesetzgebung). Sein letztes Ziel aber muß unverrückbar die Entfernung der Juden überhaupt sein». Dans la dernière phrase, nous avons traduit «Entfernung» par «élimination». Il ne s’agit pas nécessairement d’une élimination qui signifie le meurtre. De façon rigoureuse, «Entfernung» désigne le fait de «se débarrasser de». On rend ce sens en français par «suppression» ou «éloignement» qui restituent très mal le caractère potentiellement meurtrier du mot, mais aussi «élimination», plus approprié. Si, dans ce texte de 1919, on ne peut avoir l’assurance que l’«Entfernung» des Juifs signifie pour Hitler leur élimination physique, on a au moins un exemple précoce où Hitler utilise le verbe «entfernen» dans le même sens que «vernichten», à savoir «annihiler», «anéantir». Dans une lettre à un sympathisant datée du 3 juillet 1920, Hitler écrit: «Je ne peux reprocher au bacille de la tuberculose d’agir d’une façon qui signifie la destruction d’êtres humains mais la vie pour le bacille lui-même; je n’en suis pas moins obligé et justifié de conduire une bataille contre la tuberculose en annihilant (vernichten) sa cause, parce que mon existence en dépend. Depuis des milliers d’années, le Juif est devenu une tuberculose raciale qui affecte de nombreux peuples. Le combattre signifie l’éliminer (entfernen).» (lettre d’Hitler à Konstantin Hierl, Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, édités par Eberhard Jäckel et Axel Kuhn, Stuttgart 1980, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, Tempus, 2001, p. 22).

Le journaliste allemand Sebastian Haffner, auteur d’une étude toujours appréciée sur Hitler (Un certain Adolf Hitler, Paris: Grasset, 1979, réédité en 2014 sous le titre Considérations sur Hitler, Paris: Perrin, titre plus conforme à l’original, Anmerkungen zu Hitler, München: Kindler, cop. 1978) a relevé très explicitement cette polysémie pour souligner quel sens il fallait, selon lui, donner à entfernen. Sebastian Haffner écrit que pour Hitler:«[die Juden] mussen weg, ganz weg, aus der Welt, nicht etwa nur aus Deutschland; sie mussen „entfernt” werden, aber nicht wie ein Möbelstuck, das man entfernt, indem man es anderswohin schafft, sondern wie ein Fleck, den man entfernt, indem man ihn auslöscht.», ce que la version française rend par: «[les Juifs] doivent s’en aller – tout à fait: quitter ce monde, pas seulement l’Allemagne. Il faut les “éloigner”, non pas comme on éloigne un meuble en le reléguant ailleurs, mais plutôt comme une tache que l’on efface». Cela confirme évidemment le sens que nous proposons de éliminer, faire disparaître.

Himmler a également utilisé le verbe «entfernen» à l’occasion d’une comparaison entre les Juifs et les poux, d’une façon qui ne laisse planer aucun doute sur ce que l’«Entfernung» des Juifs pouvait signifier. Le 24 avril 1943, Himmler s’exprimait devant des SS et leur tenait le discours suivant: «Il en va de l’antisémitisme comme de l’épouillage. Éliminer les poux ne relève pas d’une conception du monde (Es ist keine Weltanschauungsfrage, daß man die Laüse entfernt). C’est une question de propreté. De la même manière exactement, l’antisémitisme n’a pas été pour nous une question de conception du monde, mais une question de propreté qui sera bientôt réglée. Nous n’aurons bientôt plus de poux.» (Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 200-201). La métaphore des poux donne son sens à «entfernen»: on n’«éloigne» pas les poux, on les élimine. Physiquement. Enfin, il faut rappeler que dans un discours du 26 mai 1944 (voir citation complète à cette date et note 40), Hitler déclare avoir «entfernte» les Juifs, dans un contexte qui ne laisse planer aucune ambiguïté sur le fait, qu’à cette occasion, cette «élimination» signifie l’assassinat collectif. On ne prétendra pas que l’utilisation hitlérienne de 1919 signifie nécessairement une élimination physique, mais elle porte en elle cette possibilité. On remarquera en complément que le troisième chapitre de l’ouvrage d’Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung (Deutsches Verlag-Anstalt, 1991), est intitulé «Die Entfernung der Juden», traduit dans l’édition française (Hitler Idéologue, Gallimard, Tel, 1995) par «L’élimination des Juifs». Notons que le document est connu depuis longtemps puisqu’il est déjà cité in extenso en 1959 par Ernst Deuerlein, «Hitlers Eintritt in die Politik und die Reichswehr», Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, avril 1959, vol. 7, no. 2, notamment p. 205, qui mentionne la même source que Eberhard Jäckel et Axel Kuhn (HStA München. Abt. II. Gruppen Kdo. 4. Bd. 50/8. Abschrift). L’intégralité de la lettre est disponible en ligne:
http://germanhistorydocs.ghi-dc.org/sub_document.cfm?document_id=3909&startrow=1&language=german. Une traduction en anglais est également disponible en ligne:
http://germanhistorydocs.ghi-dc.org/sub_document.cfm?document_id=3909&language=english

2. Fac-similé des notes prises par Hitler dans Werner Maser, Hitlers Briefe und Notizen. Sein Weltbild in handschriftlichen Dokumenten, Stocker, 2002, p. 238. Transcription en allemand, ibid., p. 239. Nous reprenons la traduction proposée par Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes. Des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, p. 224.

3. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., doc. 91, cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, Tempus, 2001, p. 21. Original: «Wir wollen keine Gefühlsantisemiten sein, die Pogromstimmung erzeugen wollen, sondern es beseelt uns die unerbittliche Entschlossenheit, das Übel an der Wurzel zu packen und mit Stumpf und Stiel auszurotten. Um unser Ziel zu erreichen, muß uns jedes Mittel recht sein, selbst wenn wir uns mit dem Teufel verbinden müßten.» (rapport de Police, PND-Bericht masch., StA München, Pol.Dir.Mü. 6698, Blt 77f., vormals HStA, München, Abt. I, sonderabgabe 1 1478, cité dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 119-120). La transcription — il s’agit d’un compte-rendu de la police présente à la réunion — mentionne les applaudissements (Beifall) qui ponctuent cette déclaration. Hitler la faisait précéder de l’énumération de poncifs antisémites comme celui, diffamatoire et mensonger qui faisait des Juifs allemand des «planqués» (de nombreuses études ont montré que non seulement les Juifs étaient engagés significativement, mais qu’ils sont morts dans la même proportion que les non juifs. La première guerre mondiale a donc vu des Juifs français et des Juifs allemands se tirer dessus et se tuer car ils se sentaient avant tout des membres de leur patrie respective). Hitler déclare, après avoir mentionné (voir ci-après) son propre passé militaire, que «dans [mon] régiment on pouvait compter les Juifs sur les doigts d’une main» («die Juden bei seinem Regiment kann er an den 5 Fingern aufzählen», ibid., p. 119). On peut également remarquer que Hitler ment en se présentant comme «simple homme de troupe qui a passé quatre ans et demi […] en première ligne» («Er war selbst als einfacher Mann 4 1/2 Jahre beim 16. R[eserve] I[nfanterie] R[egiment] an der vordersten Front», ibid., p. 119). En effet, Hitler, estafette avec le grade de caporal, est loin d’avoir passé plus de quatre ans au front, même s’il fut exposé régulièrement au feu (mais pas comme combattant). Il passa la moitié de la guerre au QG de son régiment à Fournes-en-Weppes (loin derrière le front).

4. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc 103, p. 139, cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, op. cit., p. 13. Original: «Als der Redner die Frage aufwarf, wie man sich der Juden erwehren solle, gaben Zurufe aus der Versammlung – eine Musterversammlung nannte sie der Vorsitzende – die Antwort: Aufhängen! Totschlagen!»

5. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc 116, p. 156, cité par G. Miedzianagora et G. Jofer, Objectif extermination, op. cit., p. 14. Il s’agit de la même lettre que celle citée dans la note 1, mais dans une traduction un peu différente. Original en allemand: «Der Jude ist als Ferment der Dekomposition (nach Mommsen) losgelöst von gut oder böse des einzelnen Ursache des inneren Zusammenbruchs aller Rassen überhaupt, in die er als Parasit eindringt. Seine Tätigkeit ist Zweckbestimmung seiner Rasse. Sowenig ich einer Tuberkelbazille einen Vorwurf machen kann einer Tätigkeit wegen, die für den Menschen Zerstörung bedeutet, für sie aber Leben heißt, so sehr bin ich aber auch gezwungen und berechtigt, um meiner persönlichen Existenz willen den Kampf gegen die Tuberkulose zu führen durch Vernichtung ihrer Erreger. Der Jude aber wird und wurde durch Jahrtausende hindurch in seinem Wirken zur Rassetuberkulose der Völker. Ihn bekämpfen heißt ihn entfernen.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 156).

6. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 35. Original: «Haß, brennenden Haß wollen wir in die Seelen der Millionen unserer Volksgenossen gießen, so lange bis einst eine Flamme von Zorn in Deutschland aufbrennt, die die Verderber unseres Volkes zur Rache zieht.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 393).

7. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., no. 223, cité par Peter Longerich, op. cit., p. 22. Original: «Darum ist die Lösung der Judenfrage für uns Nationalsozialisten die Kernfrage. Diese Frage kann nicht gelöst werden durch Zartheit, sondern angesichts der fürchterlichen Waffen des Gegners nur durch Brachialgewalt. Eine Kampfart taugt nur dann, wenn sie hart ist. Lord Fisher sagte: wenn du schlägst, so schlage hart! Es taugt nur der Kampf, der den Gegner zum Schreien bringt.» (Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., p. 366).

8. Joseph Hell, «Aufzeichnung», 1922, ZS 640, p. 5, Institut fur Zeitgeschichte, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 38. La traduction française de l’ouvrage de Gerald Fleming a francisé l’orthographe de «Josef Hell» en «Joseph Hell», mais il s’agit bien de «Josef». Original en allemand: «Wenn ich einmal wirklich an der Macht bin, dann wird die Vernichtung der Juden meine erste und wichtigste Aufgabe sein. Sobald ich die Macht dazu habe, werde ich zum Beispiel in München auf dem Marienplatz Galgen neben Galgen aufstellen lassen und zwar so viele, als es der Verkehr zuläßt. Dann werden die Juden gehängt, einer wie der andere, und sie bleiben solange hängen, bis sie stinken. So lange bleiben sie hängen, als es nach den Grundsätzen der Hygiene überhaupt möglich ist. Sobald man sie abgeknüpft hat, kommen die nächsten daran und das geschieht so lange, bis der letzte Jude in München ausgetilgt ist. Genau so wird in den anderen Städten verfahren, bis Deutschland vom letzten Juden gereinigt ist» (cité par Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Limes Verlag, Munich, 1982, p.29-30).

9. Peter Longerich, op. cit., p. 22. Le passage complet est le suivant: «Nos jeunes filles se font séduire par les Juifs qui souillent ainsi notre race. Chaque Juif pris avec une fille blonde devrait être… (pendu! [dit la foule])… je ne dirais pas pendu, mais un tribunal devrait pouvoir le condamner à mort.» («Unsere jungen Mädchen werden von den Juden verführt und dadurch das Volk verseucht. Jeden Juden, der mit einem blonden Mädchen erwischt wird, sollte man… (aufhängen!)… ich will nicht sagen aufhängen; aber ein Gericht sollte bestehen, das diese Juden zum Tode verurteilt (Beifall)», cité dans Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc. 355, p. 565). Cette tirade est évidemment accueillie par des applaudissements (Beifall).

10. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen 1905-1924, op. cit., Doc. no. 462, cité par Peter Longerich, op. cit., p. 22. Original: «Hier gibt es keine Verständigung, der Jude und seine Helfershelfer im Innern unseres Volkes bleiben ewig unsere Feinde. Wir wissen, wenn sie ans Ruder kommen, dann rollen unsere Köpfe in den Sand; wir wissen aber auch, wenn wir die Macht in den Händen haben werden: Dann gnade euch Gott!» (Peter Longerich, Der ungeschriebene Befehl: Hitler und der Weg zur "Endlösung", Munich: Piper Verlag GmbH, 2001, p. 34).

11. Adolf Hitler, Mon Combat, N.E.L, 1934, p. 649. Original: «[…]der unerbittliche Welt jude kämpft für seine Herrschaft über die Völker. Kein Volk entfernt diese Faust anders von seiner Gurgel als durch das Schwert. Nur die gesammelte konzentrierte Stärke einer kraftvoll sich aufbäumenden nationalen Leidenschaft vermag der internationalen Völkerversklavung zu trotzen. Ein solcher Vorgang ist und bleibt aber ein blutiger» (Hitler, Mein Kampf, München 1944, p. 738 cité par Armin Pfahl-Traughber, Antisemitismus in der deutschen Geschichte, Landeszentrale für politische Bildungsarbeit Berlin, 2002, p. 95). La traduction française de 1934 est datée mais préserve bien la violence du propos.

12.Ibid., p. 677-678. Original: «Hätte man zu Kriegsbeginn und während des Krieges einmal zwölf- oder fünfzehntausend dieser hebräischen Volksverderber so unter Giftgas gehalten, wie Hundertausende unserer allerbesten deutschen Arbeiter aus allen Schichten und Berufen es im Felde erdulden mussten, dann wäre das Millionenopfer der Front nicht vergeblich gewesen. Im Gegentei: Zwölftausend Schurken zur rechten Zeit beseitigt, hätten vielleicht einer Million ordentlicher, für die Zukunft wertvoller Deutschen das Leben gerettet.» (Hitler, Mein Kampf, München 1944, p. 772 cité par Armin Pfahl-Traughber, Antisemitismus in der deutschen Geschichte, Landeszentrale für politische Bildungsarbeit Berlin, 2002, p. 95).

13.«Die Juden werden bei uns vernichtet. Den 9. November 1918 hätten die Juden nicht umsonst gemacht, dieser Tag würder gerächt werden». Mémorandum de Walter (ou Walther) Hewel, fonctionnaire du ministère des affaires étrangères du Reich. Akten zur deutschen auswärtigen Politik, series D, vol. IV, doc. 158, p. 170, cité notamment par Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Limes Verlag, Munich, 1982, p. 27. Fleming commet peut-être une erreur de retranscription en écrivant «Die Juden werden bei uns vernichtet» au lieu de «würden». Ainsi Peter Longerich, et avec lui la majorité des historiens, retranscrit «Die Juden würden bei uns vernichtet» (Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper, 1998, p. 220). Par ailleurs, l’édition anglaise de l’ouvrage de Gerald Fleming (Hitler and the Final Solution, University of California Press, 1994, p. 14) semble comporter une erreur de date (en mentionant le 21 janvier 1940) absente de l’édition française (Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 34) ou de l’édition allemande (Hitler und die Endlösung, op. cit., p. 27). Peter Longerich donne la date du 21 janvier 1939 (The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 43 ou Peter Longerich, Politik der Vernichtung, op. cit., p. 220), ainsi que d’autres sources.

14. Camill Hoffmann, Politisches Tagebuch, 1932-1939, Dieter Sudhoff (ed.), Alekto Verlag, Klagenfurt, 1995, p. 241, cité par David Bankier et Israel Gutman (éd.), Nazi Europe and the Final Solution, New York: Berghahn Books, 2009, p. 310. L’original en allemand («Notwendigkeit der Ausrottung der Juden») est cité par J. W. Brügel, AJR information, vol. XXXVIII no. 7, july 1983, p. 6. Juif, Camill Hoffmann a été assassiné par les nazis à Auschwitz en 1944.

15.«M. V. DE LACROIX, Ministre de France à Prague, à M. Georges BONNET, Ministre des Affaires Etrangères. Prague, le 7 février 1989», document No 45, in Le Livre jaune français. Documents diplomatiques, 1938-1939. Pièces relatives aux événements et aux négociations qui ont précédé l’ouverture des hostilités entre l’Allemagne d’une part, la Pologne, la Grande-Bretagne et la France d’autre part, Ministère des affaires étrangères, Paris, 1939, p. 51-52. Le passsage mérite d’être cité entièrement:«Ce qui l’a, semble-t-il, le plus frappé, c’est l’importance qu’attachent M. Hitler et M. de Ribbentrop à la question juive, ceci sans aucune commune mesure avec l’importance donnée aux autres sujets qui ont été abordés. Le Ministre des Affaires Étrangères du Reich comme le Chancelier auraient tous deux déclaré avec force qu’il n’était pas possible de donner la garantie allemande à un État qui n’élimine pas les Israélites: “N’imitez pas la sentimentalité et la lenteur que nous avons montrées dans le règlement de ce problème, auraient déclaré les deux hommes d’État. Notre bonté a été de la faiblesse et nous la regrettons. Il faut supprimer cette vermine. Les Juifs sont nos ennemis jurés et il n’y aura plus un Juif en Allemagne à la fin de cette année. Ce ne sont ni les Français, ni les Américains, ni les Anglais qui sont responsables des difficultés que présentent nos relations avec Paris, Londres ou Washington. Les responsables, ce sont les Juifs. Nous donnerons des avis semblables en Roumanie, en Hongrie, etc. L’Allemagne cherchera à constituer un bloc d’États antisémites, car elle ne saurait traiter en amis les États où les Juifs soit par leur activité économique, soit par leurs hautes fonctions publiques conserveraient une influence quelconque.”»

16. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, Deutsches Verlag-Anstalt, 1991, p. 72: «Ich will heute wieder ein Prophet sein: Wenn es dem internationalen Finanzjudentum inner- und außerhalb Europas gelingen sollte, die Völker noch einmal in einen Weltkrieg zu stürzen, dann wird das Ergebnis nicht die Bolschewisierung der Erde und damit der Sieg des Judentums sein, sondern die Vernichtung der jüdischen Rasse in Europa». Le compte rendu de la séance fait alors état d’applaudissements prolongés. On peut les entendre sur un enregistrement. Nous choisissons de traduire «Judentum» par «juiverie» et non par «judaïsme». En effet, dans les discours d’Hitler, les expressions «Judentum» (la juiverie, les Juifs), «die Juden» (les Juifs), «der Jude» (le Juif), et «die jüdische Rasse» (la race juive) sont interchangeables et signifient toujours pour Hitler l’ensemble des Juifs. Traduire «Judentum» par «judaïsme» ignore complètement le caractère concret et collectif de l’emploi hitlérien du mot. Il ne s’agit pas de la religion juive, mais bien pour Hitler de désigner la collectivité des Juifs. La distinction est de nature similaire à celle qui existe entre «Chrétienté», au sens de l’ensemble des Chrétiens, et «Christianisme». Traduire par «les Juifs» ou par «la juiverie» ne constitue d’ailleurs pas une sur-traduction dans la mesure où le Grand dictionnaire Langenscheidt propose lui-même la traduction de «Judentum» par le collectif «les Juifs». Le Harraps Universal Dictionnaire Allemand/Français - Français/Allemand donne pour premier sens de Judentum: «Gesamheit der Juden» (ensemble des Juifs) et traduit par «les Juifs». Les traductions en anglais utilisent généralement «Jewry» pour rendre «Judentum». On peut remarquer que de nombreuses traductions en français font l’impasse sur ce caractère collectif et concret, ne tiennent pas compte du contexte et de l’emploi hitlérien du mot, et rendent bien souvent «Judentum» dans les discours d’Hitler par un «judaïsme» à la limite du contre-sens. Ainsi, la traduction française de l’ouvrage de Eberhard Jäckel, rend-elle «Judentum» systématiquement par «judaïsme», notamment pour le discours cité (Hitler Idéologue, Gallimard, Tel, 1995, p. 83).

17. Traduit d’après l’original en Allemand: «Ich fühle mich wie Robert Koch in der Politik. Der fand den Bazillus und wies damit der ärztlichen Wissenschaft neue Wege. Ich entdeckte den Juden als den Bazillus und das Ferment aller gesellschaftl[ichen]. Dekomposition. Ihr Ferment.» (Tagebuch Walther Hewel, 1941, vollständige Abschrift, in: IfZ-Archiv, Sammlung Irving, ED 100, Bd. 78, Zitat Bl. 112, cité par Roman Töppel «„Volk Und Rasse“ Hitlers Quellen auf der Spur», Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, vol. 64, no. 1, janvier 2016, p. 9. Ce passage avait également été cité par Peter Longerich & Dieter Pohl, Die Ermordung der europäischen Juden, Munich: Piper, 1989, p. 76). Hitler poursuit: «Je suis celui qui a prouvé qu’un État peut vivre sans Juifs. L’économie, la culture, l’art, etc. etc. peuvent réussir sans Juifs et même mieux. C’est le pire coup que j’ai porté contre les Juifs.» («Und eines habe ich bewiesen, daß ein Staat ohne Juden leben kann. Daß Wirtschaft, Kultur, Kunst etc etc ohne Juden bestehen kann und zwar besser. Das ist der schlimmste Schlag, den ich den Juden versetzt habe.», cité par Peter Longerich & Dieter Pohl, ibid.).

18. Cité par Andreas Hillgruber (éd.), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler 1939-1941, Volume 2, Vertrauliche Aufzeichnungen über Unterredungen mit Vertretern des Auslandes, Frankfurt am Main: Bernard und Graefe, 1970, p. 557: «Die Juden seien die Geißel der Menschheit […] Wenn die Juden freien Weg hätten wie im Sowjetparadies, so würden sie die wahnsinnigsten Pläne verwirklichen. So sei Rußland zu einem Pestherd für die Menschheit geworden. Wenn auch nur ein Staat aus irgendwelchen Gründen eine jüdische Familie bei sich dulde, so würde diese der Bazillenherd für eine neue Zersetzung werden. Gäbe es keine Juden mehr in Europa, so würde die Einigkeit der europäischen Staaten nicht mehr gestört werden. Wohin man die Juden schicke, nach Sibirien oder Madagaskar, sei gleichgültig. Er werde an jeden Staat mit dieser Forderung herantreten.»

19. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 76, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 50. Original: «Das Gesetz des Daseins fordert ununterbrochenes Töten, damit das Bessere lebt.» (Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Munich: Limes Verlag, 1982, p. 40).

20. Traduit d’après l’original allemand: «Den destruktiven Juden setzen wir ganz hinaus […] Ich gehe an diese Sache eiskalt heran. Ich fühle mich nur als der Vollstrecker eines geschichtlichen Willens.» (Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 90-91, également traduit en Anglais dans Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370. Une première traduction longtemps présentée sur cette page se fondait sur cette traduction de Browning. La voici, pour mémoire: «Nous nous débarassons entièrement des Juifs destructeurs. […] Je procède en ces matières d’une façon glacée. Je me sens être seulement l’exécuteur de la volonté de l’histoire.»).

21. Adolf Hitler, Monologe im Führer-Hauptquartier 1941-1944, ed. Werner Jochmann et Heinrich Heim, Munich 1980, p. 99: «Wenn wir diese Pest ausrotten, so vollbringen wir eine Tat für die Menschheit, von deren Bedeutung sich unsere Männer draußen noch gar keine Vorstellung machen können.» Traduction française dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 351.

22. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 106, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370. Notre traduction française s’appuie sur l’original en Allemand cité par Browning et est conforme à sa traduction en Anglais. On peut d’ailleurs restituer ce passage dans son contexte: «Vor dem Reichstag habe ich dem Judentum prophezeit, der Jude werde aus Europa verschwinden, wenn der Krieg nicht vermieden bleibt. Diese Verbrecherrasse hat die zwei Millionen Toten des Weltkrieges auf dem Gewissen, jetzt wieder Hundertausende. Sage mir keiner: Wir können sie doch nicht in den Morast schicken! Wer kümmert sich denn um unsere Menschen? Es ist gut, wenn uns der Schrecken vorangeht, daß wir das Judentum ausrotten. Der Versuch, einen Judenstaat in Afrika oder Asien zu gründen, wird ein Fehlschlag sein […] Wir schreiben die Geschichte auch wieder neu: vom Rassestandpunkt aus.» (Monologue, ibid., p. 106). Ce qui signifie: «Au Reichstag, j’ai prophétisé aux Juifs que le Juif disparaîtrait d’Europe si la guerre n’était pas évitée. Cette race de criminels a deux millions de morts de la [première] guerre mondiale sur la conscience, et maintenant encore des centaines de milliers. Qu’on ne vienne pas me dire que nous ne pouvons tout de même pas les pousser dans les marais. Il est bon que la terreur nous précède du fait que nous exterminons les Juifs. La tentative de créer un Etat juif en Afrique ou en Asie sera un échec. […] Nous écrivons de nouveau l’histoire, d’un point de vue racial.». La référence aux marais n’est pas fortuite. Une directive de Himmler de juillet 1941 ordonnait de tuer tous les Juifs et de pousser les femmes dans les marais. Hitler ne l’ignorait pas. Voir:
http://phdn.org/histgen/documents/nazisdoc.html#himmler-19410728.

Il nous faut remarquer que le passage cité ici (surtout «Es ist gut, wenn uns der Schrecken vorangeht, daß wir das Judentum ausrotten») fait partie d’un corpus d’abord publié dans une traduction française effectuée par l’homme d’affaire pro-nazi François Genoud, Hitler, Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Flammarion, 1952. François Genoud a sciemment édulcoré les propos d’Hitler en traduisant le passage mentionné ainsi: «Il n’est pas mauvais d’ailleurs que la rumeur publique nous prête le dessein d’exterminer les Juifs.» La traduction de Schrecken comme «la rumeur publique» est tout à fait impropre car elle ne permet pas de rendre les connotations de terreur et d’angoisse associées au mot Schrecken. La tournure «la rumeur publique nous prête» suggère clairement — c’est la fonction du mot rumeur — que cela est faux. Par ailleurs, Hitler dans son propos original ne fait aucune mention d’attribution (la rumeur nous prête...) mais parle bien de fait. Enfin, l’édulcoration se mue en falsification pure et simple avec l’insertion par Genoud du mot «dessein». En effet, ce mot ou même la notion de plan ou de projet sont complètement absents de la version originale. L’objectif de Genoud est très clair; il s’agit de faire croire qu’une rumeur concernerait non des événements en cours mais tout au plus un projet à venir. Bien évidemment, les propos réels d’Hitler sont clairs et sans ambiguité: il énonce la réalité du fait que les Juifs sont en train d’être exterminés à l’arrière du front de l’Est et qu’il approuve a minima l’effet de terreur que ces assassinats ont sur la population des territoires conquis. L’analyse qui précède est due à l’historien Richard Evans qui décortique la version anglaise des propos d’Hitler sous la plume du négationniste britannique David Irving, qui s’est contenté (ce que Richard Evans ignore) de traduire en anglais la version française de Genoud, qu’Irving a longtemps fréquenté (Richard Evans, Lying About Hitler: History, the Holocaust and the David Irving Trial, Basic Books, 2001, p. 73). Soulignons que la version anglaise de 1953 (que ne reprend pas Irving), Hitler’s Table Talk, (présentée par H. R Trevor-Roper, London, Weidenfeld and Nicolson, 1953, nombreuses rééditions, notamment 1973, 2000, 2007) est une traduction directe de la version française de Genoud et non de la version originale allemande. Browning qui traduit par contre directement depuis l’original en allemand rend notre passage correctement par: «It is good when the terror precedes us that we are exterminating the Jews». L’historiographie française, malheureusement, s’est laissée piéger par Genoud en citant directement sa version plutôt que de retraduire depuis l’original (disponible seulement depuis 1980 cependant). Les plus compétents se sont laissés prendre. Le plus récent est Edouard Husson, excellent germaniste et historien, dans ses deux ouvrages, «Nous pouvons vivre sans les Juifs» Novembre 1941. Quand et comment ils décidèrent de la Solution finale (Perrin, 2005, p. 140 notamment. La traduction fautive constitue même le titre du chapitre 7!) et surtout Heydrich et la Solution finale (dans ses deux éditions, Perrin 2008 & 2012, p. 434 dans cette dernière). C’est d’autant plus dommage que la traduction exacte renforce plutôt les thèses de Husson. Il faut craindre, compte tenu du sérieux du travail de Husson que la version falsifiée de Genoud continue à se répandre. Notons que le très bon historien de la Shoah, Maxime Steinberg, lui aussi reprend la version Genoud en 1998 (Un pays occupé et ses juifs, La Belgique, entre France et Pays-Bas, Quorum, 1998, p. 230 et 239), mais aussi François Delpla dans son Hitler (Grasset, 1999). Il nous faut insister sur le fait que les versions Genoud (la française, mais aussi l’anglaise de Trevor Ropper) ne doivent absolument plus être utilisées à des fins de citations, non seulement à cause des manipulations des traductions par Genoud mais aussi parce que Genoud a très certainement inventé quelques propos qu’Hitler n’a pas tenus et en a camouflé d’autres. Voir sur ces points et sur les traductions falsifiées, le très précieux article de Richard C. Carrier, «Hitler’s Table Talk - Troubling Finds», German Studies Review, octobre 2003, vol. 26, no. 3. Les ajouts de Genoud ne portent cependant que sur les croyances religieuses d’Hitler, que Genoud tente de faire passer pour athée, ce qui est contraire à la réalité. Soulignons enfin que l’étude de Carrier démontre de façon convaincante que les éditions originales en allemand aujourd’hui disponibles (celles de Werner Jochmann déjà citée, mais aussi celle de Henry Picker, Hitlers Tischgespräche im Führerhauptquartier, Propyläen Verlag, 2003, dernière édition, améliorée, d’un recueil dont la première version date de 1951) sont des sources dignes de confiance. Depuis 2016 on dispose d une édition française fiable, émanant de l’historien spécialiste d’Hitler et du IIIe Reich, François Delpla: Adolf Hitler, Propos intimes et politiques, traduit de l’allemand et commenté par François Delpla (Tome I, Juillet 1941-mars 1942, Tome II, mars 1942-novembre 1944), Paris: Nouveau monde éditions, 2016.

23. Notes prises par Paul Otto Schmidt entre le Führer et le grand Mufti de Jérusalem à Berlin, le 28 novembre 1941, geheime Reichssache 57 a/41, Records Dept. Foreign and Commonwealth Office Pa/2, cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 142-143. Original: «Sobald dieser Fall eingetreten sei, würde der Führer von sich aus der arabischen Welt die Versicherung abgeben, daß die Stunde der Befreiung für sie gekommen sei. Das deutsche Ziel würde dann lediglich die Vernichtung des im arabischen Raum unter der Protektion der britischen Macht lebenden Judentums sein» (Gerald Fleming, Hitler und die Endlösung, Munich: Limes Verlag, 1982, p. 117). Le compte-rendu original complet se trouve en ligne:
http://www.ns-archiv.de/verfolgung/antisemitismus/mufti/in_berlin.php

24. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 148: «Viele Juden sind sich such des destruktiven Charakters ihres Daseins nicht bewußt gewesen. Aber wer Leben zerstört, setzt sich dem Tode aus, und etwas anderes geschieht auch ihnen nicht. Wer hat die Schuld, wenn die Katze die Maus frißt?» Traduction française dans Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., 1988, p. 143.

25.«Der Jude aber wird nicht die europäischen Völker ausrotten, sondern er wird das Opfer seines eigenen Anschlages sein», Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, Würzburg, 1963, vol. II, p. 1821, cité par Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74.

26. Le 23 octobre 1941, le chef de la Gestapo, Heinrich Müller diffusa une circulaire aux bureaux et agences du Sipo-SD, faisant état de l’ordre d’Himmler interdisant l’émigration des Juifs. Voir Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 369.

27. Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 229, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939 - March 1942, University of Nebraska Press, 2004, p. 546. En Allemand: «Der Jude muß aus Europa heraus […] Ich sage nur, er muß weg. Wenn er dabei kaputtgeht, da kann ich nicht helfen. Ich sehe nur eines: die absolute Ausrottung, wenn sie nicht freiwillig gehen».

28. Max Domarus, Hitler, Reden und Proklamationen, 1932-1945, volume 2, 2e partie (ou vol. IV), Munich: Süddeutscher Verlag, 1965, p. 1828-1829: «Wir sind uns dabei im klaren darüber, daß der Krieg nur damit enden kann, daß entweder die arischen Völker ausgerottet werden, oder daß das Judentum aus Europa verschwindet. Ich habe am 1. September 1939 im Deutschen Reichstag es schon ausgesprochen — und ich hüte mich vor voreiligen Prophezeiungen —, daß dieser Krieg nicht so ausgehen wird, wie es sich die Juden vorstellen, nämlich daß die europäischen arischen Völker ausgerottet werden, sondern daß das Ergebnis dieses Krieges die Vernichtung des Judentums wird.» Nous traduisons «Judentum» par «les Juifs». Voir, à ce sujet, note 16. Par ailleurs, le lecteur aura noté qu’Hitler commet une erreur en datant sa «prophétie» du 1er septembre 1939, alors que sa menace d’anéantissement de la race juive en Europe date du 30 janvier 1939. Cette «erreur», qu’il commettra à plusieurs reprises, est surtout le signe de l’importance qu’Hitler accorde à la guerre (commencée le 1er septembre 1939…) dans la justification et l’accomplissement de l’extermination des Juifs d’Europe. Ce passage figure partiellement dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74-75.

29. Le discours est réimprimé dans le recueil de discours de Hitler, Der grossdeutsche Freiheitskampf, vol. 3, Reden Adolf Hitlers von 16. März 1941 bis 15. März 1942, Munich, 1942, p.  (cité par Jean Stengers, «Hitler et les Juifs. À propos d’une vision récente du problème», Revue belge de philologie et d’histoire, tome 69, fasc. 4, 1991, p. 970). Jean Stengers mentionne notamment la réimpression dans le Völkischer Beobachter du 1er février 1942 (ibid.). Nous avons pu examiner le Litzmannstadter Zeitung du 1er février 1942 qui reproduit l’intégralité du discours d’Hitler pages 3 à 6, et mentionne les «tonnerres d’appaudissements». Le passage que nous citons figure en bas de la page 5 (3e colonne). Nous pensons que Jean Stengers cite probablement le document PS-2664 des Actes du Procès de Nuremberg qui reproduit partiellement l’article du Völkischer Beobachter, tome XXXI (31), p. 66 pour le passage cité.

30. Traduit d’après l’original allemand: «Zum ersten Male werden nicht andere Völker verbluten, sondern zum ersten Male wird diesmal das echt altjüdische Gesetz angewandt: Aug' um Aug', Zahn um Zahn! […] Und es wird die Stunde kommen, da der böseste Weltfeind aller Zeiten wieder wenigstens auf ein Jahrtausend seine Rolle ausgespielt haben wird.» (Litzmannstadter Zeitung du 1er février 1942, ibid.). Le même passage est retranscrit à l’identique dans la brochure de propagande de la Werhmacht, Bernst & Wedel (Alfred Ingemar Berndt & General von Wedel), Deutschland im kampf, 1942, Januar-Lieferung, (Nr. 57/58 der Gesamtlieferung), p. 92. Jean Stengers (voir note précédente) relève que Max Domarus, se fondant sur une retranscription officielle (du Deutsches Nachrichtenbüro) ne restitue pas le verbluten (saignés à mort, la version Domarus est la suivante: «Zum erstenmal wird diesmal das echt altjüdische Gesetz angewendet. Aug' um Aug', Zahn um Zahn!», p. 1829) et que c’est malheureusement cette version expurgée qui est le plus souvent reprise dans l’historiographie. Il ne relève cependant pas que cette édulcoration officielle, à chaud, d’une précision hitlérienne particulièrement violente (avérée puisque mentionnée par de nombreuses retranscriptions dans les journaux du lendemain et du surlendemain) est une forme d’aveu. On notera que quelques mois plus tard la compilation des discours d’Hitler mentionnée précédemment ne s’embarassera pas de ces scrupules (verbluten y figure bien comme le précise Stengers, art. cit.). Soulignons enfin que ce passage est remarqué dès 1946 puisqu’il figure dans le document PS-2664 des Actes du Procès de Nuremberg (voir note précédente).

31. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 3, entrée du 15 février 1942, p. 320-321. Le passage en allemand, sans les incises : «Der Führer gibt noch einmal seiner Meinung Ausdruck, daß er entschlossen ist, rücksichtslos mit den Juden in Europa aufzuräumen. Hier darf man keinerlei sentimentale Anwandlungen haben. Die Juden haben die Katastrophe, die sie heute erleben, verdient. Sie werden mit der Vernichtung unserer Feinde auch ihre eigene Vernichtung erleben. Wir müssen diesen Prozeß mit einer kalten Rücksichtslosigkeit beschleunigen, und wir tun damit der leidenden und seit Jahrtausenden vom Judentum gequälten Menschheit einen unabschätzbaren Dienst. Diese klare judenfeindliche Haltung muß auch im eigenen Volke allen widerspenstigen Kreisen gegenüber durchgesetzt werden». Une traduction légèrement différente se trouve dans Joseph Goebbels, Journal. 1939-1942, Taillandier, 2009, p. 504. Le passage est également cité par Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 93 (original dans Peter Longerich, Der ungeschriebene Befehl: Hitler und der Weg zur "Endlösung", Munich: Piper Verlag GmbH, 2001, p. 141).

32.Monologe im Führerhauptquartier. Die Aufzeichnungen Heinrich Heims, Jochmann (éd.), Hambourg, 1980,  293: «Der Jude wird erkannt werden! Der gleiche Kampf, den Pasteur und Koch haben kämpfen müssen, muß heute von uns geführt werden. Zahllose Erkrankungen haben die Ursache in einem Bazillus: dem Juden! Japan würde ihn auch bekommen haben, wenn es dem Juden weiter offen gestanden hätte. Wir werden gesunden, wenn wir den Juden eliminieren.» En anglais dans Peter Longerich, The Unwritten Order. Hitler’s Role in the Final Solution, op. cit., p. 92.

33. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 75: «meine Prophezeiung wird ihre Erfüllung finden, daß durch diesen Krieg nicht die arische Menschheit vernichtet, sondern der Jude ausgerottet werden wird. Was immer auch der Kampf mit sich bringen oder wie lange er dauern mag, dies wird sein endgültiges Ergebnis sein» Voir aussi Peter Longerich, op. cit., p. 92.

34. Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 74-75. «Ich habe am 1. September 1939 in der damaligen Reichstagssitzung zwei Dinge ausgesprochen: […] zweitens, daß, wenn das Judentum einen internationalen Weltkrieg zur Ausrottung etwa der arischen Völker anzettelt, dann nicht die arischen Völker ausgerottet werden, sondern das Judentum. […] Die Juden haben einst auch in Deutschland über meine Prophezeiungen gelacht. Ich weiß nicht, ob sie auch heute noch lachen, oder ob ihnen das Lachen bereits vergangen ist. Ich kann aber auch jetzt nur versichern: Es wird ihnen das Lachen überhall vergehen. Und ich werde auch mit diesem Prophezeiungen recht behalten.» Nous traduisons encore «das Judentum» par «les Juifs». Voir note 16. Sur l’«erreur» de date commise par Hitler concernant sa «prophétie», voir fin de la note 28.

35. Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, 1932-1945, Löwit, 1973, vol. IV, p. 1937: «Auch eine andere Macht, die einst in Deutschland sehr gewärtig war, hat unterdes die Erfahrung gemacht, daß die nationalsozialistischen Prophezeiungen keine Phrasen sind. Es ist die Hauptmacht, der wir all das Unglück verdanken: das internationale Judentum. Sie werden sich noch der Reichstagssitzung erinnern, in der ich erklärte : Wenn das Judentum sich etwa einbildet, einen internationalen Weltkrieg zur Ausrottung der europäischen Rassen herbeiführen zu können, dann wird das Ergebnis nicht die Ausrottung der europäischen Rassen, sondern die Ausrottung des Judentums in Europa sein. Man hat mich immer als Propheten ausgelacht. Von denen, die damals lachten, lachen heute Unzählige nicht mehr, und die jetzt noch lachen, werden es vielleicht in einiger Zeit auch nicht mehr tun. Diese Erkenntnis wird sich über Europa hinaus über die ganze Welt verbreiten. Das internationale Judentum wird in seiner ganzen dämonischen Gefahr erkannt werden, dafür werden wir Nationalsozialisten Sorgen.». Version française (sauf les deux dernières phrases) dans Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 783.

36. Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, 1932-1945, Löwit, 1973, vol. IV, p. 1992: «Dieser Kampf wird deshalb auch nicht, wie man es beabsichtigt, mit der Vernichtung der arischen Menschheit, sondern mit der Ausrottung des Judentums in Europa sein Ende finden.»

37. Mémorandum de Paul Otto Schmidt; le 18 avril 1943, Geheime Reichsahe [secret d’Etat], relatif à la conversation entre le Führer et le régent hongrois Horthy au château de Klessheim le 17 avril 1943: «Wenn die Juden dort nicht arbeiten wollten, würden sie erschossen. Wenn sie nicht arbeiten könnten, müßten sie verkommen. Sie wären wie Tuberkilbazillen zu behandeln, an denen sich ein gesunder Körper anstecken könne. Das wäre nicht grausam, wenn man bedenke, daß sogar unschuldige Naturgeschöpfe wie Hasen und Rehe getötet werden müßten, damit kein Schaden entstehe.», Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXXV, 736-D, p. 428. Cité également dans Andreas Hillgruber (ed.), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler, vol.  2, Bernard & Graefe, Frankfurt am Main, 1970, p. 257. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 598 ainsi que (citation partielle) Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, op. cit., p. 208.

38.«Judentum muß in Europa ausgerottet werden. Was sich dem entgegenstellt, muss fallen […] Bei Juden aber kein Mitleid […] Nicht entschuldigen die die sich gegen Juden nicht verteidigen.», in Christian Gerlach et Götz Aly, Das Letzte Kapitel. Der Mord an den ungarischen Juden, Stuttgart München, DVA, 2002, p. 87-88, notamment note 271, p. 88.

39. Journal de Goebbels, 13 mai 1943 (Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 8, p. 287-288). Pour le contexte et une citation (partielle) voir Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 847. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 589. Le passage cité est le suivant: «Die Natur ist vom Gesetz des Kampfes beherrscht. Immer wieder wird es parasitäre Erscheinungen geben, die den Kampf beschleunigen und den Ausleseprozess zwischen den Starken und den Schwachen intensivieren. […] In der Natur handelt das Leben immer gleich gegen den Parasitismus; im Dasein der Völker ist das nicht ausschließlich der Fall. Daraus resultiert eigentlich die jüdische Gefahr. Es bleibt also den modernen Völkern nichts anderes übrig, als die Juden auszurotten. Sie werden sich mit allen Mitteln gegen diesen allmählichen Vernichtungsprozess zur Wehr setzen.»

40.Ibid., p. 915. L’original allemand est cité par Hans-Heinrich Wilhelm, «Hitlers Ansprache vor Generalen und Offizieren am 26. Mai 1944», Militärgeschichtliche Mitteilungen, 2, 1976, p. 156: «Indem ich den Juden entfernte, habe ich in Deutschland die Möglichkeit irgendeiner revolutionären Kernbildung oder Keimzellenbildung beseitigt. Man kann mir natürlich sagen: Ja, hätten Sie das nicht einfacher - oder nicht einfacher, denn alles andere wäre komplizierter gewesen, aber humaner lösen können? Meine Herren Offiziere, wir stehen in einem Kampf auf Leben und auf Tod. Wenn in diesem Kampf unsere Gegner siegen, würde das deutsche Volk ausgerottet werden. Der Bolschewismus würde Millionen und Millionen und Millionen unserer Intellektuellen abschlachten. Was nicht durch Genickschuß stürbe, würde abtransportiert. Die Kinder höherer Schichten würden wegkommen und beseitigt werden.» Il est intéressant de noter que dans ce discours, Hitler cite une nouvelle fois sa «prophétie» de 1939 et reprend sa menace: en cas de guerre ce ne serait pas la nation allemande qui serait «ausgerottet» mais la «juiverie» (Kershaw, ibid, p. 926). Etant donnée la description que Hitler vient de faire de ce que serait l’«Ausrottung» du peuple allemand, ce qu’il entend par l’«Ausrottung» des Juifs devient clair: des millions de morts, des balles dans la nuque, des déportations, l’élimination des enfants: exactement ce que les nazis ont fait subir aux Juifs d’Europe.

41.Ibid., p. 1171-1172. Citation originale en Allemand dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 78 (1re édition, Tübingen:Rainer Wunderlich Verlag H. Leins, 1969, p. 85): «Ich habe aber auch keinen Zweifel darüber gelassen, daß, wenn die Völker Europas wieder nur als Aktienpakete dieser internationalen Geld- und Finanzverschwörer angesehen werden, dann auch jenes Volk mit zur Verantwortung gezogen werden wird, das der eigentlich Schuldige an diesem mörderischen Ringen ist: Das Judentum! Ich habe weiter keinen darüber im unklaren gelassen, daß dieses Mal nicht nur Millionen Kinder von Europäern der arischen Völker verhungern werden, nicht nur Millionen erwachsener Männer den Tod erleiden und nicht nur Hunderttausende an Frauen und Kindern in den Städten verbrannt und zu Tode bombardiert werden dürften, ohne daß der eigentlich Schuldige, wenn auch durch humanere Mittel, seine Schuld zu büßen hat.». Texte complet et fac-similés en ligne. On peut rapprocher cette dernière déclaration d’Hitler, d’une autre, faite lors d’un entretien du 13 février 1945, Hitler confie: «J’ai lutté contre les Juifs à visage découvert. Je leur ai adressé un dernier avertissement au début de la guerre. Je ne leur ai pas laissé ignorer que s’ils précipitaient de nouveau le monde dans la guerre, cette fois ils ne seraient pas épargnés, que la vermine serait définitivement exterminée en Europe. […] J’ai percé le furoncle juif comme les autres. L’avenir nous en sera éternellement reconnaissant.» («Ich habe gegen die Juden mit offenem Vieser gekämpft. Ich ihnen bei Kriegsausbruch eine letzte Warnung zukommen lassen. Ich habe sie nicht im ungewissen darüber gelassen, daß sie sollten sie die Welt von neuem in dem Krieg stürzen, diesmal nicht verschont bleiben würden — daß das Ungeziefer in Europa endgültig ausgerottet wird. […] Die jüdische Eiterbeule habe ich aufgestochen, wie die anderen. Die Zukunft wird uns ewigen Dank dafür wissen»), dans Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, op. cit., p. 77. Mentionnons toutefois que la source de laquelle est tirée cette citation, Hitlers Politische Testament. Die Bormann-Diktate vom Februarund April 1945, Hambourg, 1981, document édité par le milliardaire proto-nazi François Genoud, ne présente pas toutes les garanties d’authenticité tant ses conditions de découverte et de publication sont rocambolesques (voir l’explication complète de Ian Kerhaw, qui ne ne prononce pas, op. cit., p. 1491-1494). Le caractère extrêmement cohérent du contenu du document par rapport aux propos antérieurs d’Hitler plaide cependant en faveur de l’authenticité du document. François Delpla, historien et biographe français d’Hitler, est par ailleurs enclin à y voir un document authentique (échange avec l’auteur, juin 2001). Pierre Péan cite le document Bormann-Genoud longuement sans en mettre en doute l’authenticité (Pierre Péan, L’extrémiste: François Genoud, de Hilter à Carlos, Le Livre de Poche, 1996, p. 193-197), tandis que l’autre biographe de Genoud, Karl Laske en mentionne le caractère douteux (Karl Laske, Le banquier noir, Seuil, 1996, p. 166-167).

[ Hitler  |  un dictionnaire du génocide  |  Génocide & 2ème GM  |  Toutes les rubriques ]