* Les Nazis appelaient « Ruthénie Blanche » la Biélorussie. On trouvera souvent dans les traduction (notamment chez Hilberg) « Ruthénie Blanche » traduit par « Biélorussie ».

Le rapport de Wilhelm Kube à Hinrich Lohse du 31 juillet 1942

Liquidation de 55 000 Juifs


Scan imagette lien vers fac-simile document KUBE juillet 1942 PS-3428
fac-similés

Wilhelm Kube, était un nazi de la première heure. Après l’invasion de l’URSS, il fut nommé Commissaire Général de Biélorussie. La Biélorussie comptait près de 1,1 million de Juifs avant l’invasion allemande. Certaines de ses villes les plus importantes, Minsk, Vitebsk, Mogilev, Gomel, Bobruisk, Orsha, étaient à majorité juive. Dès le début de l’invasion, les Allemands commencèrent à assassiner les Juifs. Ceux qui échapèrent aux premières vagues d’assassinats furent réunis dans des ghettos. Himmler a imposé leur liquidation progressive. Celle-ci était achevée à la fin 1943. Le rapport de Kube a Lohse s’inscrit dans cette politique de liquidation progressive. Elle montre notamment de quelle façon Kube avait intégré la dialectique antisémite qui justifiait l’assassinat des femmes et des enfants juifs sous le prétexte inventé que les Juifs auraient été un support des partisans.


 
Le commissaire général 
pour la Ruthénie Blanche* Minsk,
Bureau du Gauleiter 
Secret 
Minsk le 31 juillet 1942
A Monsieur le Commissaire du reich 
pour les territoires de l’Ostland,
le chef régional Hinrich Lohse,
Riga 
 

Objet: Lutte contre les partisans et action contre les Juifs dans le District Général [Generalbezirk] de Ruthénie Blanche

  Tous les engagements avec les partisans en Ruthénie Blanche ont prouvé que la juiverie, tant dans l’ancien secteur polonais que dans les anciens secteurs soviétiques du District Général constitue, avec le mouvement polonais de résistance et des membres de l’armée rouge de Moscou, le moteur principal du mouvement partisan de l’Est. En conséquence, la question juive en Ruthénie Blanche, vu le danger qu’elle présente pour l’ensemble de l’économie, est un problème éminemment politique appelé de ce fait à être résolu par une approche non pas économique mais politique [sic].

  Après avoir minutieusement étudié la situation au cours de plusieurs entretiens à ce sujet avec le SS-Brigadeführer Zenner et le SS-Obersturmbannführer Dr. Jur. Strauch, le chef extrêmement capable du SD, nous avons liquidé au cours des dix dernières semaines environ 55 000 Juifs en Ruthénie Blanche. Dans le territoire de Minsk-campagne, la juiverie a été complètement liquidée, sans que cela porte préjudice au potentiel de la main d’oeuvre. Dans le territoire à majorité polonaise de Lida, 16 000 Juifs ont été liquidés, à Slonim 8000 et ainsi de suite. En raison d’un empiètement sur notre action dans la région militaire de l’arrière — mention en avait été faite d’ailleurs — nos préparatifs pour la liquidation des Juifs de Glebokie ont été retardés. Sans prendre contact avec moi, [le commandement de] la région militaire de l’arrière a liquidé 10 000 Juifs dont nous avions de toute façon préparé l’élimination systématique. A Minsk-ville, approximativement 10 000 Juifs ont été liquidés les 28 et 29 juillet, dont 6000 Juifs russes, en majorité des personnes âgées, des femmes et des enfants; le reste composé de Juifs inaptes au travail. La plus grande partie d’entre eux avait été déportés à Minsk en novembre dernier, par ordre du Führer, de Vienne, Brünn, Brême et Berlin.

  De même, le district de Sluzk, a été allégé de plusieurs milliers de Juifs. Il en est de même de Nowogrodok et de Wilejka. Des mesures radicales sont imminentes pour Baranovitchi et Hanzevitchi. A Baranovitchi, environ 10 000 Juifs vivent toujours dans la ville même; 9000 d’entre eux seront liquidés le mois prochain.

  A Minsk 2600 Juifs d’Allemagne ont été laissés en vie. S’y ajoutent l’ensemble des 6000 Juifs et juives russes restés au service des unités qui les employaient pour une opération bien déterminée, et qui sont toujousr en vie. Même à l’avenir, Minsk gardera toujours son caractère de plus grand centre d’éléments juifs, lesquels sont nécessaires, tout au moins pour le moment, en raison de la concentration des industries d’armement et des travaux à faire exécuter sur les voies ferroviaires. Dans tous les autres territoires, le nombre de Juifs destinés à être utilisés comme main-d’oeuvre, sera limité par le SD et par moi-même à 800 au maximum et, si possible à 500; ainsi après la conclusion des opérations prévues, nous garderons 8600 Juifs à Minsk et environ 7000 dans les 10 autres districts, y compris les territoires libres de Juifs de Minsk-campagne. Alors, le danger des partisans s’appuyant tout particulièrement sur la juiverie, n’existera plus. Bien sûr, lorsque la Wehrmacht n’en aura plus besoin, nous voudrions, le SD et moi-même, éliminer la juiverie une fois pour toutes du District Général de Ruthénie Blanche. Pour l’instant, nous prenons en considération les exigences de l’armée, principal employeur de Juifs.

  En plus de cette attitude très nette prise à l’égard de la juiverie, le SD de Ruthénie Blanche a cette lourde tâche de conduire continuellement à ce qui leur est destiné les nouveaux convois de Juifs en provenance du Reich. Cela requiert de la part des hommes du SD des efforts tant physiques que mentaux très excessifs et épuise leurs forces pour leurs missions qui se trouvent sur le territoire de Ruthénie Blanche même.

  Aussi serais-je reconnaissant si monsieur le Reichskommisar pouvait arrêter les déportations supplémentaires de Juifs à destination de Minsk, tout au moins jusqu’à ce que le péril du mouvement partisan ait été définitivement conjuré. J’ai besoin de disposer du SD à 100% pour lutter contre les partisans et contre les mouvements de résistance polonais; ces deux mouvements exigent déjà la mobilisation de toutes les forces du SD qui ne sont pas trop nombreuses.

  Après en avoir terminé avec les opérations anti-juives de Minsk, le SS-Obersturmbannführer Dr. S. Strauch m’a fait savoir ce soir avec une juste indignation, que, tout d’un coup, sans aucune directive du Reichführer SS [Himmler] et sans avis préalable du Generalkommissar, un transport de 1000 Juifs, en provenance de Varsovie, est arrivé à destination du service administratif local de la Luftwaffe [Luftgau].

  Je demande au Reichskommissar (déjà prévenu par télégramme) de s’opposer à de pareils transports, en usant de sa qualité de plénipotentiaire pour les territoires de l’Est. Le Juif polonais est, tout comme le Juif russe, un ennemi de la germanitude. Il représente un élément politiquement dangereux et ce danger politique dépasse de loin la valeur du Juifs comme travailleur habile. En aucune circonstance les services administratifs de l’armée de terre ou de l’air ne devront importer de Juifs provenant du Gouvernement général ou d’ailleurs dans une zone de l’administration civile, sans accord du Reichskommissar car ils compromettent l’ensemble du travail politique et la protection du District Général. Je suis entièrement d’accord avec le Kommandeur du SD de Ruthénie Blanche que nous devrions liquider tout convoi de Juifs non autorisé, ou qui n’est pas annoncé par nos échelons supérieurs, pour prévenir ainsi d’autres troubles en Ruthénie Blanche.
 

Le Generalkommissar
pour la Ruthénie Blanche
Signé: Kube

Rapport de Kube à Lohse du 31 juillet 1942. Traduit d’après le texte original en allemand, Tribunal Militaire International de Nuremberg, Procès des grands criminels de guerre devant le tribunal militaire international: Nuremberg, 24 novembre 1945 - 1er octobre 1946, tome XXXII, Doc. PS-3428, p. 280-282. Traduction par PHDN. La version originale allemande est disponible en ligne. Nous fournissons des fac-similés du document original.

Sur l’extermination des Juifs de Biélorussie, voir Frank Buscher, « Investigating Nazi Crimes in Byelorussia: Challenges and Lessons ». On trouvera une description du destin de la communauté juive de Slutzk, dans un article de Nissan Waxman, « Slutzk, its glory and destruction ».  



* Les Nazis appelaient « Ruthénie Blanche » la Biélorussie. On trouvera souvent dans les traduction (notamment chez Hilberg) « Ruthénie Blanche » traduit par « Biélorussie ».

[ Les Opérations mobiles de tuerie  |  Génocide & 2ème GM  |  Toutes les rubriques ]


Ou Suis-Je? Aidez PHDN... Accueil PHDN... Copyright © Gilles Karmasyn 2000-2015
Vos réactions
01/11/2000 – màj 07/01/2015